Étiquettes

, ,

Après la démission se voulant surprise totale, les communicants Élyséens se démultiplient pour sauver la face. Après Benalla dans un autre domaine certes mais ça fait desordre au château. MC

Sans prévenir ni le Premier ministre, ni le Président, Nicolas Hulot a annoncé ce 28 août sur France Inter sa démission du gouvernement.

“Je ne veux plus me mentir”. Nicolas Hulot, ex-ministre de l’écologie, a annoncé ce matin du 28 août sa démission du gouvernement sur France Inter. Alors qu’il énumérait la liste des dossiers qui n’avancent pas dans le domaine de l’environnement – érosion de la biodiversité, artificialisation des sols, réduction des pesticides… – il en a tiré les leçons : “Je vais prendre la décision la plus difficile de ma vie. Je ne veux plus me mentir. Je ne veux pas donner l’illusion que ma présence signifie qu’on est à la hauteur sur ces enjeux-là. Et donc je prends la décision de quitter le gouvernement”.

“J’espère que ce geste sera utile”

Visiblement ému, des trémolos dans la voix, il a assuré qu’il n’avait prévenu ni le Président ni le Premier ministre. “C’est une décision entre moi et moi”, déclare-t-il. Il dit aussi que s’il l’avait fait, ils auraient tenté de l’en dissuader. Il réitère cependant son « amitié » à Emmanuel Macron. Comme souvent lorsqu’un ministre démissionne – ce fut le cas pour Arnaud Montebourg, Aurélie Filippetti, ou encore Christiane Taubira sous la précédente mandature -, c’est pour tirer la sonnette d’alarme et marquer son désaccord politique. “J’espère qu’il tirera les leçons [de ma démission]. J’espère que ce geste sera utile, pour que chacun se pose la question de sa responsabilité”, affirme ainsi Nicolas Hulot.

Alors que de nombreux militants écologistes regrettaient son manque de fermeté et de marge de manœuvre au sein du gouvernement, l’ex-ministre semble enfin en avoir pris acte : “On s’évertue à entretenir un modèle économique responsable de tous ces désordres climatiques. (…) Sur un enjeu aussi important, je me surprends tous les jours à m’accommoder des petits pas.”

“Les lobbys sont là”

Revenant déjà à chaud sur son expérience, il déplore le fait qu’il ait mené le combat écologique en solitaire, et en étant “à la croisée des lobbys. Parce que les lobbys sont là”. Parmi ces lobbyistes qui ont provoqué le départ de Nicolas Hulot en entravant son travail, Thierry Coste, lobbyiste des chasseurs. Il regrette aussi ses « querelles » avec le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. En conclusion, il a demandé « aux uns et aux autres d’éviter la récupération ».

Dessin Lefred Thourou – Canard Enchainé 29/08/2018

Il est trop tôt pour une analyse sérieuse et d’autre part attendons le/la nomminé-e. MC


Service Actu des Inrocks – Source