Étiquettes

, ,

L’Élysée a pris ses aises avec les textes sur la transparence de la vie publique.

L’article 11 de la loi du 11 octobre 2013 oblige « les membres des cabinets ministériels et les collaborateurs du Président de la République » à adresser « au président de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique une déclaration de situation patrimoniale et une déclaration d’intérêts (…) dans les deux mois qui suivent leur entrée en fonctions ».

Or seuls les collaborateurs d’Emmanuel Macron dont la nomination est parue au « Journal officiel » se sont soumis à cette formalité — dont le non-respect est passible de 3 ans de prison, et de 45.000 euros d’amende.

Alexandre Benalla et sept autres chargés de mission, embauchés sans tambour ni trompette, en ont été dispensés par le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler. Interrogé le 26 juillet sur ce point par la commission d’enquête du Sénat, le numéro 2 de la Présidence a enclenché précipitamment la marche arrière.

« La nuit porte conseil, a lâché curieusement Kohler, mais aussi, et surtout, le secrétaire général du gouvernement (…) m’a dit qu’il serait logique d’inclure les chargés de mission dans le champ de ces obligations déclaratives. J’ai donc demandé à nos services d’adresser un message aux intéressés pour qu’ils régularisent leur situation. »

Quelques instants auparavant, le même Kohler avait tenté de refiler la patate chaude. Il avait assuré avoir interrogé les services du Château, au lendemain de la présidentielle. Lesquels lui auraient « répondu que la pratique qui avait prévalu au cours de la totalité du mandat précédent était que seuls les conseillers nommés au « Journal officiel » adressaient une déclaration de situation patrimoniale et une déclaration d’intérêts ». En somme, tout était la faute de Hollande…

C’est inexact. Comme l’a souligné « Le Monde » (28/7), pas moins de 16 déclarations de chargés de mission de l’Élysée, dont la nomination n’avait pas été publiée au « JO », ont été adressées à la Haute Autorité entre 2015 et 2016. Mais, depuis mai 2017, celle-ci ne s’est guère émue de ne plus recevoir beaucoup de courrier de la Présidence.

Il aura fallu que des sénateurs mettent les pieds dans le plat et saisissent le parquet de Paris pour que le « nouveau monde » se réveille en sursaut…


Article signe H. L. – Le Canard Enchainé – Mercredi 1er Aout 2018


Ça fait beaucoup d’affaires litigieuses pour quelqu’un qui assurait mener un gouvernement , un groupe de députes et des affidés selectionnés pour leur transparence devant le fisc et la justice … MC