Mots-clés

, , , ,

Et une affaire de plus autour du mouvement En Marche, là c’est a Muriel Pénicaud de s’expliquer …. MC

 

Les juges veulent enquêter sur l’étrange complicité entre la ministre et Stéphane Fouks (havas).

Dessin de Aurel

Le 22 mai 2018, déjà, dans le cadre de l’affaire Business France (dont elle fut la directrice générale), la ministre du Travail était sortie de leur bureau sous le statut de témoin assisté.

Comme si cela ne suffisait pas, les magistrats viennent de réclamer au procureur de Paris, François Molins, l’ouverture d’une information judiciaire. À la clé, une possible mise en examen de la ministre dans une autre affaire, « distincte » de celle qui vise la jolie soirée de janvier 2016 à Las Vegas en l’honneur d’Emmanuel Macron. Mandaté par Business France, Havas avait organisé cette sauterie à 381 759 euros, au mépris du Code des marchés publics, qui exige, au-delà de 207 000 euros, un appel d’offres…

Dans le soit-transmis (la requête) récemment adressé au procureur par les magistrats figure le vilain mot de « favoritisme ». Il concerne, cette fois, le dossier « Créative France », dont l’enjeu financier surpasse largement celui de la fête à Vegas.

L’idée de Créative France était plutôt ambitieuse : à coups de spots publicitaires ou d’opérations événementielles, il s’agissait de vanter à l’étranger l’attractivité de la France. Rabat-joie, les magistrats estiment disposer de plusieurs éléments troublants quant au rôle de Pénicaud dans l’attribution, en juin 2015, de ce gros marché. Bénéficiaire : Havas, encore. Dans un premier temps, du 30 juin 2015 à fin décembre 2016, l’agence a empoché 6 666 105 euros net. Puis, comme prévu dans le contrat cadre, le marché a été reconduit du 1e janvier au 31 décembre 2017. Recette totale : 13,2 millions d’euros.

Muriel et Steph à tu et à toi

Comme « Le Canard » l’a raconté, les juges ont été intrigués par les dénégations de Pénicaud, qui, lors de son audition du 22 mai, a affirmé ne « connaître personne chez Havas » — et surtout pas Stéphane Fouks, son vice-président. Or l’épluchage des boîtes mail saisies chez Havas le 20 juin 2017 réserve de savoureuses surprises. D’abord, ce courriel, révélé par le Palmipède. Le 4 juin 2015, en pleine procédure d’appel d’offres de Créative France, où Pénicaud écrit à sa secrétaire : «J’ai un rendez-vous secret avec Fouks, cela ne doit pas figurer à mon agenda et cela ne doit pas se savoir. » S’y ajoutent désormais des mails internes à Havas où chacun, dès l’annonce du marché public, s’interroge à la cantonade : « Qui connaît Muriel Pénicaud ? » Peut-être Stéphane Fouks… C’est à lui, en tout cas, que la future ministre, à la veille de l’audition des candidats retenus pour Créative, expédie, le 3 juin 2015, ce courriel étrangement familier : « Stéphane, appelle-moi sur mon portable, c’est urgent ! »

Durant cette période, Muriel et Stéphane — qui ne se connaissent pas… — se tutoient, indiquent les enquêteurs, dans « de nombreuses conversations nocturnes » par mail. La victoire, décrochée le 23 juin 2015, vaudra à Fouks un vibrant hommage de l’équipe gagnante de Havas : « Merci, Stéphane, pour ton coup de main !» Le courriel du 3 juin de Pénicaud a porté ses fruits ? Enfin, en septembre 2015, Muriel demande à son non-ami Stéphane s’il peut trouver un job chez Havas à son neveu…

Ils se parlaient la nuit

Voilà pourquoi les juges aimeraient savoir si Pénicaud n’a pas elle-même choisi les compétiteurs et s’interrogent sur les conditions dans lesquelles Havas a été retenu. Au cours des auditions, leur attention a également été attirée par l’attitude de la ministre, qui, à une question sur Créative France, a vivement ré­torqué : « Ça n’entre pas dans votre saisine ! » Preuve, selon de mesquins observateurs, que Pénicaud, théori­quement convoquée au sujet du dossier Las Vegas, s’attendait — et s’était finement préparée — à se défendre sur l’embarrassant dossier.

Maintenant, le tout est de savoir si le procureur Molins va répondre rapidement aux juges, comme la section financière de son parquet l’y incite. Ou s’il va laisser ce délicieux cadeau à son successeur…

Signataire de l’article J. C. – « Le Canard Enchainé » Mercredi 25 juillet 2018