Étiquettes

, ,

Sous le feu des critiques, acculé par les journalistes, le chef de l’État se tait tandis que la polémique enfle.

Macron est rattrapé par l’affaire Benalla, […] un de ses collaborateurs, filmé en train d’agresser un jeune manifestant en marge des défilés du 1er Mai.

Alors qu’il y a de nombreux heurts ont éclaté dans l’après-midi dans d’autres quartiers de la capitale entre forces de l’ordre et black blocs, une centaine de personnes se rassemblent vers 18 heures, place de la Contrescarpe (Ve arrondissement de Paris).

Un «apéro militant» est organisé par le comité d’action inter-lycéen. L’invitation a notamment été relayée par l’Unef, syndicat étudiant de la gauche, et La France Insoumise (LFI).

Soudain, un homme apparaît un peu à l’écart de la police. Casque à visière vissé sur la tête, sweat à capuche gris, il se met à rudoyer une jeune fille et à la tirer sur plusieurs mètres jusqu’à l’évacuer de la place. Une trentaine de secondes plus tard, il revient pour s’en prendre à un homme déjà à terre, entouré de policiers. Il l’attrape, le saisit par le cou, le relève et le frappe à la tête à plusieurs reprises. «Regardez bien sa tête! Il l’a tabassé par terre!», lance un témoin après la scène. Les policiers présents ont laissé agir l’homme au casque. L’un d’entre eux a porté un coup de matraque derrière le genou du manifestant, ce qui l’a fait tomber. L’identification, mercredi soir par Le Monde, de l’agresseur, chargé de mission et adjoint de François-Xavier Lauch, chef de cabinet du président, a très largement pollué la bouffée d’air que le président espérait s’offrir en Dordogne.

Harcelé de questions par les journalistes, le locataire de l’Élysée a […] poliment refusé de s’exprimer en marge d’un bain de foule. « Je viens dire bonjour aux gens qui sont dehors, par courtoisie. Je ne ferai aucune réponse », a-t-il balayé. Toutefois, surpris par un enfant qui lui demandait s’il avait « confiance en son garde du corps », il a pointé son entourage du doigt et lâché dans un sourire: « Oui, il est là mon garde du corps. »

Rebelote dès jeudi matin, où il s’est encore tu. Il a uniquement échangé avec une centaine de personnes venues le saluer. Puis, acculé par une question sur la menace que ferait peser l’affaire sur l’exemplarité de la République, il a été contraint à réagir. « La République, elle est inaltérable! », a-t-il fermement lâché.

[Ben oui … Soler, Buzyn, Bayrou, Darmanin, Nyssen … le rôle du 1er ministre discrédité, contredit a plusieurs reprises, une ribambelle de couacs provenant des députés LR-EM les volontés de certaines-certains de s’émanciper du groupe de députés et même Emmanuel 1er,des revirements, mensonges en tout genre, excès de langage, négation de la pauvreté, du respect des personnes, etc. Des ordonnances, decrets et lois restrictives en pagaille … stop mec, degage ! :@ MC]


D’après un article paru dans Le Monde signé de Loris Boichot, titré « Affaire Benalla : Macron au cœur de la tempête »