Mots-clés

,

A Paris, les ambitions de Gaspard Gantzer [L’ex conseiller de Hollande à l’Elysée] ne laissent pas grand monde insensible. Il fait parler. Certains se demandent pourquoi il se lance, d’autres ricanent et contestent sa légitimité, beaucoup ne misent pas une pièce sur lui. Par contre, lorsqu’on interroge l’actuelle majorité à la mairie, c’est-à-dire les proches d’Anne Hidalgo, les langues mettent un peu de temps à se délier.[…]

« Je n’ai rien à dire à ce sujet, parler de Gantzer c’est lui faire de la pub et rendre crédible une candidature grotesque », souffle une socialiste de la capitale. […]

[…] Un [actuel] élu de la ville s’interroge : « Déjà, on aimerait savoir qui on a en face de nous, le conseiller de François Hollande qui a fait couler la gauche ? Le copain de Macron qui a tenté d’avoir une circo en Bretagne ? » […]

[Au fil de l’interview, il est aisé de comprendre que] personne ne reproche à Gantzer de se positionner dans la course à la mairie de Paris, [mais méthode, positionnement politique et social, inquiètent, agacent et même si] l’ancien conseiller promet qu’il ne demandera pas le tampon de la République en marche. Et il jure qu’il ne dira « jamais de mal des candidats potentiels ». Sauf d’Anne Hidalgo…


Rachid Laïreche, Libération – titre original : « La gauche parisienne rend les coups » – Source (Extrait)


Les socialos peuvent allègrement citer/parodier la fin d’une pub Lidl … « ah, on est mal patron ! » les décisions souvent controversées, souvent contradictoires, trop souvent liées aux diktats des écolos de service empêcheront certainement Hidalgo ou sa-son successeur issu de « feu » le PS, de poursuivre un règne qui aura oublié les grandes réponses aux problèmes sociaux de Paris en s’occupant prioritairement de la circulation, en repoussant toujours plus loin en périphérie les logements sociaux, etc. MC