Mots-clés

Étonnant comme un « kub de Maggi » peut changer la « culture gastronomique ! »

[…] … A peine mis sur le marché, ce petit cube devient un condiment incontournable en Europe où il permet de réduire considérablement le temps passé en cuisine. Mais c’est finalement en Afrique qu’il va connaître son succès le plus fulgurant après la signature du traité de Berlin, qui officialise la libre circulation des produits en Afrique et permet à Nestlé (propriétaire de la marque Maggi) d’exporter massivement sa nouvelle invention sur le continent.

A tel point qu’aujourd’hui les chiffres de vente des bouillons Maggi sont astronomiques. En tout, il s’écoule désormais plus de cent millions de cubes par jour sur l’ensemble du continent africain.

Nestlé a fini par ouvrir ses propres usines sur le continent

Sociologue spécialisée des questions d’acculturation et de métissage dans les pratiques alimentaires, Laurence Tibère lie ce succès phénoménal à plusieurs avantages du produit : “Déjà, le cube Maggi se conserve longtemps. Il n’est pas cher, facile à transporter et il donne un goût de viande aux aliments même lorsque le plat n’en contient pas.”

“Ensuite, avec l’accès de la femme à l’emploi en Afrique, il y a une nécessité d’aller plus vite au niveau de l’activité culinaire et ce cube remplit parfaitement ce rôle. Enfin, en termes d’identité culinaire, l’Afrique aime les goûts prononcés et grâce aux exhausteurs de goûts, il permet de relever facilement les plats.”

Logiquement, Nestlé a donc fini par ouvrir ses propres usines sur le continent, qui en compte désormais vingt-sept, ainsi que de nombreux centres de distribution et de gestion. La multinationale emploie aussi plus de 11 500 personnes pour la fabrication de ses produits et des dizaines de milliers d’autres pour leur acheminement partout en Afrique. Il n’est donc pas surprenant de voir que désormais le cube Maggi soit devenu un aliment davantage associé à la cuisine du continent africain qu’à celle de l’Europe qui l’a pourtant vu naître.

“Voir le cube Maggi comme un héritage de la colonisation”

Mais s’il est désormais un classique de la cuisine africaine, le bouillon cube est aussi de plus en plus critiqué par les nouvelles générations. “Il y a clairement une partie de la population qui l’accepte, l’utilise en grande quantité et le revendique même comme étant une sorte d’emblème. Mais à côté se développe dans les classes plus aisées une tendance à voir le cube Maggi comme un héritage de la colonisation”, explique Laurence Tibère.

[…]


Simon Clair – les Inrocks – titre original : » La potion Maggi qui domine la cuisine en Afrique », Source (Extrait)