Étiquettes

La récente commande par l’Élysée d’un nouveau service de 1.200 pièces de porcelaine de Sèvres, d’une valeur d’au moins 500.000 euros, pourrait laisser croire que le Château manque d’assiettes pour recevoir dignement ses hôtes. Il n’en est rien.

 

Pour les seuls dîners d’État (jusqu’à 300 convives), le couple Macron dispose déjà, selon les chiffres communiqués à la demande du « Canard » par la présidence de la République, de… 5.365 pièces de vaisselle de table.

A ce total vertigineux s’ajoutent des myriades d’assiettes, de tasses, de coupes et de soucoupes destinées aux déjeuners et aux soupers plus intimes. La manufacture a ainsi mis 83.464 pièces de porcelaine de Sèvres à la disposition des résidences présidentielles. Ce chiffre, établi en 2014 par la très officielle Commission de récolement des dépôts d’oeuvres d’art, ne tient pas compte des pertes ou des vols, car l’Elysée n’a jamais terminé son inventaire mobilier — « en voie de finalisation » depuis… plus de quatre ans !

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a répondu, le 19 juin, à une question ironique du député François Ruffin (La France insoumise) adressée au « ministre de la faïencerie ». Il a prétendu que le service de table n’avait pas été changé « dans sa totalité depuis le président René Coty », en poste entre 1954 et 1959. Un argument qui tombe.

Et pour cause ! Sur les 5.365 pièces de vaisselle destinées aux grands dîners, les 1.200 assiettes du service Constellation ont été commandées en 1999 par Bernadette Chirac et les 1.200 du service Trianon ont été créées en 1967 à la demande de Tante Yvonne (l’épouse du général de Gaulle). Anne-Aymone Giscard d’Estaing, pour sa part, a relancé la fabrication du service Pimprenelle (1.066 pièces), imaginé pour le président Fallières en 1908.

Madame est servie

Le solde (soit 1.899 pièces) date du XIX’ siècle. Il répond au doux nom de « premier service officiel ». Et pas de souci pour les pièces cassées ou usées : sur simple demande, elles sont remplacées — gratis et à l’identique — par la manufacture de Sèvres.

Les piles d’assiettes Bleu Elysée commandées par la première dame ne serviront même pas à relancer la production de porcelaine de Sèvres. Livrées gratuitement à la Présidence, elles seront financées par les subventions versées par l’Etat. Mais, comme celles-ci doivent rester stables, la manufacture ne pourra plus honorer les commandes passées par d’autres institutions.

Elle devra également réduire sa production de cadeaux diplomatiques (distribués par l’Elysée et le Quai d’Orsay) ou supprimer des dons destinés aux ventes de bienfaisance.

Du moment que Brigitte et Emmanuel peuvent souper dans du Bleu Elysée…


Le Canard Enchainé Mercredi 27 juin – signé H. L.