Y-a-t-il de vrais paradoxes présidentiels ?

Je suis loin d’être un lecteur assidu du blog « l’Opinion » mais j’avoue a ce texte une certaine vérité qui au demeurant, ne couvre que la rubrique des faits divers et n’engage en rien vers une position pour ou contre le décrit. Quoi qu’il en soit sa lecture n’incitera pas l’observateur à prendre un avis tranché, sur les sujets exposés … me semble-t-il. Oserais-je dire un article pour ne rien dire, bah, … oui … mais ça noircit des lignes ! MC

Emmanuel Macron qui, peu après avoir sévèrement tancé un ado pour manque de respect, pose dans les salons de l’Élysée entouré d’artistes délibérément provocants qui viennent de proférer des obscénités dans la cour du palais. Le président de la République qui rend visite au pape François, porte-parole des pauvres et des réfugiés, alors qu’il vient par son silence de forcer l’Aquarius à chercher refuge loin des ports français [Bien étrange formulation sur ce bateau, MC].

Le chef de l’État qui fustige le pognon de dingue des aides sociales et assume la commande d’une vaisselle de luxe pour la présidence et d’une piscine pour le fort de Brégançon. Quel fatras !

Les communicants de l’Élysée auront beau rétorquer que ces sujets n’ont aucun lien entre eux, ils dessinent un portrait brouillé du chef de l’État, loin des priorités absolues de l’instant.

Tout devrait tourner autour des fractures européennes sur les migrants, et d’un objectif de clarification de la position élyséenne vis-à-vis des Français et de nos partenaires européens.

Au lieu de cela, et sans l’avoir toujours voulu [euh !!!], la présidence de la République se laisse entraîner sur le terrain des symboles.

À ce petit jeu, le chef de l’État bénéficiera toujours de trop d’avantages et son train de vie, aux yeux des tenants du tout victimaire, sera toujours au-dessus du lot commun. À ce petit jeu, une leçon de civisme captée par un téléphone portable vaudra toujours autant qu’un sommet décisif sur les migrants. À ce petit jeu, tout égalera toujours tout.

[Mais qui fait de ces symboles des équivalences improbables si ce n’est les medias (dont « l’Opinion ») à la solde des gouvernants MC]


Nicolas Beytout, L’Opinion –Titre original : « L’Elysée et le petit jeu dangereux de la communication » – Source (extrait)


 

3 réflexions sur “Y-a-t-il de vrais paradoxes présidentiels ?

  1. bernarddominik 27/06/2018 / 15:50

    Oui je rajouterai qu’aprés avoir rencontré le pape il annonce que la France recevra une partie des migrants du lifeline et en même temps il fustige la « complicité » entre passeurs et lifeline. De toute façon personne ne se fait d’illusions: les ong font leur beurre sur la misère du monde, ce qui ne va pas sans compromissions.

  2. fanfan la rêveuse 28/06/2018 / 06:59

    Bonjour Michel,
    Personnellement ce que je retiens de tout cela et qui n’est pas noté, c’est le cadeau du Pape à Mr Macron, le médaillon de St Martin.
    http://www.1000questions.net/fr/Qui-sont/saint_martin.html
    Je peux me tromper dans mon analyse, mais j’y trouve un beau message qui me semble bien clair pour notre président, A sa place, j’aurai été quelque peu piqué et je me remettrai en question 😉
    Très bonne journée Michel !
    🙂

    • Libre jugement 28/06/2018 / 21:08

      Mais voyons l »Emmanuel premier en son Élysée n’est-il pas dieu éminemment au dessus de sa sainteté le pape.
      A force d’attirer une cours de bedeaux et moutons et les apparitions miraculeuses de sainte vierge Brigitte, la tête enfle a ne plus distinguer l’allusion, le vrai, …
      Oui je raille et n’ai plus de respect pour un personnage incapable de respecter pas les humains. MC

Laisser un commentaire