Mots-clés

, , , , , ,

Jusqu’ici, le malaise restait circonscrit à quelques élus de la majorité. Il touche désormais les plus proches du chef de l’Etat.

Dans une note confidentielle adressée le 4 juin à l’Elysée, dont « Le Monde » s’est procuré une copie, Philippe Aghion, Philippe Martin et Jean Pisani-Ferry, les trois économistes qui ont inspiré le programme d’Emmanuel Macron, tirent à leur tour la sonnette d’alarme au sujet du déséquilibre supposé de la politique menée par le gouvernement d’Edouard Philippe et «  l’image d’un pouvoir indifférent à la question sociale ».

« L’ambition émancipatrice (…) du programme présidentiel échappe à un nombre grandissant de concitoyens, y compris parmi les plus fervents supporteurs de 2017 », s’inquiètent les trois hommes, qui n’ont pas souhaité donner suite aux sollicitations du Monde.

[…] [D’après ces économistes] … « des mesures importantes ont été mises en œuvre » depuis le début du quinquennat, […] d’autres ne sont « pas à la hauteur des ambitions initiales ». La réforme de l’assurance-chômage est notamment pointée.

[…] Sur la forme, MM. Aghion, Martin et Pisani-Ferry critiquent également la façon dont les réformes sont incarnées par l’exécutif. « Les ministres “politiques” sont étiquetés à droite et (…) le message social peine à trouver une voix forte à l’intérieur du gouvernement », déplorent ces proches de M. Macron.

[…] La charge est d’autant plus sévère qu’elle est sonnée par trois hommes qui ont été au cœur de la campagne de M. Macron et ont écrit le volet économique de son programme. […]Ces dernières semaines, les trois hommes se montraient de plus en plus critiques sur la politique menée par le chef de l’Etat, en privé mais aussi en public.

Dans un entretien publié le 30 mai par le magazine Alternatives économiques, M. Aghion avait déclaré que « le compte n’y [était] pas » et exprimé ses craintes que le macronisme ne se transforme en « néo-giscardisme ». […]

Côté entreprises, « Les aides aux entreprises méritent d’être revues », assurent également les trois hommes, pointant notamment le crédit d’impôt recherche (CIR) mais aussi « les aides sectorielles » et « le maquis des aides à l’innovation ». Fin mai, Gérald Darmanin a annoncé qu’il comptait déjà réduire de 5 milliards d’euros d’ici à 2022 certaines aides aux entreprises.

Côté ménages, MM. Aghion, Martin et Pisani-Ferry préconisent d’ « organiser l’extinction » des « aides à la pierre » (Pinel, prêt à taux zéro, etc.), qui selon eux, « affectent le budget de l’Etat » dans des proportions devenues hors de contrôle : 13,6 milliards d’euros en 2016 contre 4 milliards en 1995, selon leurs calculs.

[…] Interrogé par Le Monde, l’Elysée dément avoir commandé une note à MM. Aghion, Martin et Pisani-Ferry mais confirme l’avoir reçue. « Elle a été lue avec attention mais elle ne présage en rien la politique du gouvernement », assure un conseiller de M. Macron


Cédric Pietralunga, Le Monde – Titre original : « La note confidentielle de trois fidèles de Macron pour un rééquilibrage social » – Source (Extrait)