Mots-clés

, ,

Oui encore des questions, oui apparemment ce n’est pas le logiciel idéal pour 25% des « lycéens en attentes ». Ce logiciel de sélection -qui ne veut pas dire son nom- qui projette des perspectives d’avenir scolaire avant l’obtention du bac (rattrapage compris)- ne va-t-il pas créer d’autres désillusions pour les recalés à l’examen de ce fait privés d’établissements et pourtant possesseurs « d’un passe fac/Parcoursup ».

Oui encore et encore des questions que se posent autant les lycéens que les parents. MC

 

236 000 lycéens préparent le bac, qui démarre le 18 juin, sans savoir où ils étudieront l’an prochain faute d’une réponse de Parcoursup. Au risque d’aggraver leur stress ou de les démotiver.

« Si j’ai le bac mais pas de place en fac, je fais quoi ? » Julien, élève de Terminale S dans le Val-de-Marne, qui vise des DUT ou des facs de biochimie, est « en attente » pour tous ses voeux sur la plateforme d’admission post-bac Parcoursup, dont les premières réponses sont tombées il y a dix jours. « Tous les matins, je regarde si j’ai progressé dans les listes d’attente », raconte-t-il, alors qu’il aimerait réviser sereinement le bac, dont le coup d’envoi sera donné 18 juin (lire ci dessous).

Mis en place cette année, Parcoursup livre ses réponses aux souhaits des 810 000 candidats au fil de l’eau. Quand un Iycéen accepte définitivement une place, il en libère donc d’autres, ce qui désengorge peu à peu le système. Le précédent système, APB, fonctionnait différemment : le gros des résultats avait été communiqué en une seule fois le 8 juin.

« Cette année, on a voulu faire en sorte qu’une grande majorité soit rassurée avant le bac », a affirmé jeudi la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal. Vendredi, elle s’est félicitée que l’objectif initial (deux tiers de réponses avant le bac), soit atteint avec « plus de deux semaines d’avance ».

Un effet démobilisateur

Mais pour quelque 236 000 candidats qui n’avaient toujours pas reçu de proposition en cette fin de semaine, difficile de se concentrer sur les révisions.

« Je suis très stressée, je regarde tous les matins les résultats de Parcoursup », déclare Laurene, en Terminale ES dans un lycée de Seine-Saint-Denis, sans affectation pour l’instant. « Pourquoi passer le bac si on n’a rien derrière ? »

« Les élèves avec uniquement des réponses « en attente » ont un sentiment d’échec », observe Clarisse Guiraud, professeur d’économie dans un lycée polyvalent à Stains (Seine-Saint-Denis). Constatant que certains « baissent les bras », elle fait de son mieux pour « les rassurer. Mais difficile de leur promettre qu’ils seront acceptés où ils le souhaitent ».

Et ceux qui ont eu un « oui » ne sont pas forcément sereins, comme le raconte Jérôme Martin, professeur d’histoire-géo à Bondy (Seine-Saint-Denis). « On a conseillé à nos élèves d’élargir leurs voeux au maximum. Du coup, beaucoup ont des réponses positives pour des places qui ne les satisfont pas vraiment. » Ces résultats décevants ont, selon lui, « un effet démobilisateur ».

Pour Colin, redoublant en Terminale S dans un lycée des Hauts-de-Seine, fini le stress: il vient d’apprendre qu’il est pris dans deux écoles de commerce privées. « Du coup je vais laisser tomber Parcoursup », se réjouit-il. Mais encore faut-il pouvoir se payer ce cursus qui relève du luxe…

Les dates des épreuves

Les épreuves écrites des baccalauréats généraux, technologiques et professionnels débuteront le lundi 18 juin et se poursuivront jusqu’au mercredi 20 juin pour les postulants au bac pro, et jusqu’au lundi 25 pour les autres, avec des résultats publiés le 6 juillet. Pour les élèves des filières générales et technologiques, cette semaine d’épreuves débutera avec la philosophie, comme c’est l’habitude chaque année. L’épreuve écrite de français, que passent les élèves de Première, est fixée au lundi 18 juin après-midi. Mercredi 20 juin, en matinée, se dérouleront les épreuves de sciences, communes aux séries économiques et sociales (ES) et littéraire (L).

La session de remplacement, réservée aux élèves malades en juin, aura lieu du mercredi 5 septembre au vendredi 7, puis du mercredi 12 au vendredi 14. L’examen du bac 2018 ne devrait pas connaître de gros changements. La réforme promise par le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer, qui se traduira notamment par un examen resserré autour de quatre épreuves en Terminale (dont un grand oral), est prévue pour la session 2021 et sera étrennée par les élèves actuellement en classe de Troisième.

Lu dans le Dauphiné Libéré du 03 juin 2018 – Titre original : « Parcoursup ; des lycéens passent le bac « sans fac » »