La future « loi littoral » : des inquiétudes !

On ne peut pas dire [que le projet de] loi Elan sur le logement et l’aménagement, discutée [depuis le 31 mai 2018] à l’Assemblée nationale, rencontre une large adhésion.

[…] Ce pilier historique de notre législation sur la préservation de l’environnement pourrait, en effet, être remis en cause et faire la part belle aux bétonneurs. Face à cela, les ONG, dont France nature environnement, n’ont pas tardé à réagir : « Nous demandons au gouvernement et aux parlementaires de ne pas affaiblir la loi littoral et de retirer, en séance publique, les dispositions adoptées hâtivement en commission sans concertation ni étude d’impact », réagissait ainsi Michel Dubromel, son président.

C’est le 16 mai dernier, lors de l’examen en commission et dans un scénario dorénavant classique (en catimini, pour éviter le débat en séance), que le secrétaire d’État Julien Denormandie a donné un avis « très favorable » à plusieurs amendements du groupe LREM, rendant constructibles des espaces jusque-là sanctuarisés par la loi littoral de 1986.

Étaient visées, plus précisément, les « dents creuses », ces zones vierges qui séparent des espaces construits. Combler ces vides permettrait, d’après le projet LREM, de « répondre aux demandes relatives à la possibilité de densifier les formes urbaines intermédiaires entre le village et l’urbanisation diffuse ».

Sacrilège, pour les ONG, qui y voient une manière de permettre aux élus locaux de faire fi de la loi et d’urbaniser des zones jusqu’ici protégées. […]


Éric Serres – Titre original : « Littoral. Un projet qui pourrait faire mal aux côtes » Source (Extrait)


 

9 réflexions sur “La future « loi littoral » : des inquiétudes !

  1. bernarddominik 01/06/2018 / 12:01

    Il faut être trés riche pour acheter sur le bord de mer. Nul doute que Macron fait encore là un cadeau aux trés riches. Il y a aussi une autre arrière pensée: les français étant désespérément accros aux voitures étrangères, vendre des terrains aux étrangers, trés riches, permettrait de redresser la balance commerciale et Macron de s’attribuer cette gloire, avec l’idée « aprés moi le déluge ».

    • Libre jugement 01/06/2018 / 17:14

      Bah, si nous faisions une quettes pour protéger les rivages français afin d’acheter des terrains.
      Tiens, je commence, Il me reste 50 cent d’€ de ma pension du mois dernier que je gardais en économie, je les donne

  2. leblogdunejuriste 01/06/2018 / 12:25

    Ils bradent tout, autorisent tout, refusent de prononcer des interdictions…. l’argent, l’argent, l’argent !
    Les Macronistes n’ont que ce mot à la bouche ! 😮

    • Libre jugement 01/06/2018 / 17:07

      Il va y avoir bientôt des élections européennes qui pourraient être – je dis bien qui pourraient – l’occasion de rabattre le caquet velléitaire des macronistes mais voter pour qui, telle sera la question ???
      De là a s’attendre à un % d’abstentions fabuleux ….

        • Libre jugement 01/06/2018 / 18:03

          Oui, puis j’me dis que si personne ne va voter ils passeront encore plus facilement leurs conneries alors …

  3. bernarddominik 01/06/2018 / 17:25

    Aprés le betonnage du rivage à quoi vont il s’attaquer? L’Ardèche?

    • Libre jugement 01/06/2018 / 18:02

      Zaurons du mal il y a déjà plus de train depuis 40 ans et les routes sont mal entretenues … en dehors des estivants au maxi 2 mois de l’année c’est un département que les présidents, et ministres ignorent Quelques fois comme zau zoo il viennent derrière leurs grilles agiter leurs blanches menottes …

Laisser un commentaire