Étiquettes

,

Emmanuel Macron n’a pas maquillé ses comptes de campagne, c’est la commission ad hoc qui le dit. Mais il s’est beaucoup maquillé lui-même.

En épluchant les factures, les magistrats contrôleurs ont découvert que le candidat à l’Élysée avait dépensé 29.042 euros pour se faire pomponner.

Chaque journée de prestation a été facturée 800 euros, même quand il s’agissait d’une émis­sion de télévision. Cela fait cher le coup de pinceau… mais ça passe : le remboursement du fond de teint est accordé, a décidé le Conseil d’Etat en 2005, « dès lors que ces frais ont été exposés en vue de collecter des suffrages ».

Sarkozy, pour sa campagne de 2007, avait dépensé 34.000 euros pour son maquillage mais n’avait eu droit qu’à 11.000 euros remboursés.

En revanche, Macron a eu moins de chance avec ses factures de coaching vocal. Il en eut besoin, en décembre 2016, après le meeting de la porte de Versailles, où, saisi d’une transe mystique, il avait grimpé dangereusement dans les aigus, au risque de dévisser du larynx.

Dare-dare fut embauché un spécialiste de la corde vocale. En deux séances, facturées 7.000 euros au total, ce spécialiste lui donna de précieux conseils (« Le Monde », 4/5) :

« Respirer par le nez, faire couler de l’eau chaude le long de la colonne vertébrale pendant la douche, éviter les aliments acides ou encore faire des vocalises. »

Malgré ces recettes épatantes, la commission de contrôle a dit niet : pas de remboursement ! – L’équipe de Macron a donc fait son deuil de ces 7.000 euros.


Commentaire ironique du Canard Enchaine : il suffisait juste d’expliquer que Macron avait appris à maquiller sa voix. Et qu’à force d’être en marche vers sa douche il avait eu des frais d’eau chaude exorbitants.


Signé : « F. P. » – Le Canard Enchainé du mercredi 9 mai 2018