Étiquettes

, ,

Les Français n’ont pas encore pris conscience de la réforme d’ampleur qui se prépare sur les retraites. [Décréter un système universel serait parfait s’il était basé sur une base de calcul pour une retraite « la plus avantageuses » hors c’est bien évidemment le contraire qui va  se passer … l’ensemble du montant des retraites va baisser certes pas en mots, pas en apparence, mais dans les faits … et ce sera très grave. La volonté est bien de faire souscrire au plus grand nombre de salariés, des assurances-vie-retraite basées sur la bourse avec tous les risques qu’elle présente MC]

Pourtant, cette nouvelle réforme des retraites les concerne tous. À la rentrée, il s’attaquera à l’épineuse question des âges de départ, y compris pour les régimes spéciaux et catégories actives qui peuvent liquider leur retraite plus tôt.

Cinq points principaux.

  • Le système actuel est complexe et illisible Ce ne sont pas 37, mais finalement 42 régimes différents de retraite qui ont été recensés par le HCRR! En 2017 […] D’où la nécessité, affichée par le président Macron, de refondre tous les régimes pour mettre en place un système universel. […]
  • Le système est aujourd’hui inéquitable Par exemple, le veuvage est mieux pris en charge dans le public, où la pension de réversion est garantie, alors qu’elle est soumise dans le privé à des conditions de ressources et d’âge pour la retraite de base. À l’inverse, la maternité est mieux valorisée dans le privé, où deux enfants permettent de valider 16 trimestres, contre 4 dans le public.
  • Le système freine la mobilité À carrière identique et rémunération égale (1,5 smic en fin de carrière), une personne qui passe 21 ans dans le privé d’abord, puis 20,5 ans dans la fonction publique, touche 1151 euros de retraite mensuelle, mais 1074 euros si elle a commencé par le public et finit par le privé. C’est l’impact de la règle de calcul de la pension sur les seuls six derniers mois de traitement dans le public, contre celle des 25 meilleures années dans le privé. Le changement d’activité peut aussi modifier l’acquisition des droits: un salarié qui a un tiers de sa rémunération via un statut d’autoentrepreneur validera un trimestre de moins par an.
  • Certains régimes ont beaucoup de réserves Les régimes de retraite qui ont de généreuses réserves entendent bien les garder. Pas question de les mettre dans le pot commun d’un régime unifié! Les partenaires sociaux gestionnaires de l’Agirc-Arrco (retraite complémentaire de l’ensemble des salariés du privé) s’inquiètent déjà d’une spoliation éventuelle par l’État de leurs 60 milliards d’euros de réserves. De même pour les professions libérales (Cipav) et leurs 4,5 milliards d’euros de réserves.
  • Les niveaux de cotisation sont aujourd’hui différents Dans le futur système promis par Emmanuel Macron, les pensions seront proportionnelles aux cotisations versées. L’idée est donc d’aligner les efforts contributifs de chacun. Or, si le taux de cotisation des agents publics tend à converger avec celui des salariés du privé (bien que leur assiette de cotisations exclue toujours les primes), les indépendants, eux, paient moins… […]

Marie-Cécile Renault, Le Figaro – Titre original : « Âge, niveau de cotisation, droits familiaux : la réforme des retraites va toucher tous les Français ». Source (Extrait)