Étiquettes

, , ,

[Les comptes de campagne de la présidentielle d’Emmanuel Macron, ont dissimulés d’importantes ristournes qui ne sont pourtant pas relevées par la commission des comptes de campagne en dépit de la jurisprudence habituelle Elles devraient être réintégrées et comptabilisées dans le total des compte et dans le respect du plafonnement – MC ] […]

Sollicité par un journaliste sur son rôle dans la campagne d’Emmanuel Macron, Bruno Lartigue commence par dire « ne pas se souvenir d’avoir fait des notes » puis, face au contenu des mails, explique qu’il n’a « pas signé une note » à proprement parler et que oui, il a bien eu des échanges avec différents membres de l’équipe de campagne. […]

Bruno Lartigue [dirigeant de GL Events depuis septembre 2015 après être passé par la Délégation interministérielle à l’intelligence économique (D2IE). « Emmanuel Macron était encore à Bercy [il a démissionné de son poste le 30 août 2016 – ndlr] quand il a rencontré Bruno Lartigue.

Bruno Lartigue assure qu’il n’est pas intervenu dans la négociation des tarifs de location de salle, pour laquelle le candidat a obtenu des rabais, et que ses contributions écrites, envoyées depuis son adresse professionnelle, relevaient d’« échanges personnels : il n’est pas interdit d’avoir des échanges personnels depuis sa boîte professionnelle, non ? ». […] …, le fondateur et PDG de la société, Olivier Ginon, très proche du ministre de l’intérieur Gérard Collomb, l’un des premiers lieutenants d’Emmanuel Macron, a défendu l’étanchéité entre la direction de l’entreprise et les ristournes accordées au candidat. « C’est une affaire commerciale qui a été gérée par un responsable de site qui a des obligations de rentabilité et qui ne reçoit aucune instruction de la direction », a-t-il exposé. […]

L’arrivée d’un directeur de GL Events dans la campagne d’Emmanuel Macron au moment où la société a commencé à accorder des ristournes commerciales n’ayant pas profité à d’autres candidats ne peut qu’interroger.

D’autres messages piochés dans les Macron Leaks fragilisent le président de la République. L’Élysée, qui communique a minima sur le sujet depuis nos premières révélations, a expliqué vendredi 27 avril que si Emmanuel Macron avait bénéficié de tarifs plus avantageux que ses concurrents, c’était parce que son équipe avait eu recours à une « approche agressive de négociations commerciales ».

Comme si les prestations d’une campagne présidentielle étaient comparables à une remise quelconque obtenue dans la vie ordinaire des affaires. L’équipe de campagne de Macron n’ignorait pourtant pas qu’une campagne est encadrée par des règles.

En février 2017, Raphaël Coulhon, alors trésorier adjoint d’En Marche! (il est aujourd’hui en poste à l’Élysée), écrit à l’entrepreneur Bruno Bonnell, en mettant en copie du mail la directrice des affaires juridiques du mouvement, Marine Mathé : « J’attire ton attention sur un point critique suite à notre conversation d’hier : la prise en charge gracieuse par un tiers, les ristournes ou cadeaux, les chambres/salles offertes, et surtout la prise en charge par une entreprise comme tu me l’indiquais initialement sont strictement interdites par la loi ».

L’objet de cette alerte ne vise pas précisément les factures de GL Events, mais il témoigne de la vigilance d’En Marche! sur le sujet. Raphaël Coulhon poursuit, dans le même mail : « C’est vraiment le cas typique où on pense bien faire alors que ça nous met vraiment en danger vis-à-vis de la commission des comptes de campagne [CNCFFP – ndlr]. Ce genre de dérives peut avoir des conséquences très graves pour la campagne ».

En effet, les dons et avantages en nature des entreprises privées étant interdits depuis la loi de 1995 relative au financement de la vie politique, la CNCFFP interdit « les rabais consentis par les fournisseurs [généralement tolérés sous un seuil de 20 % – ndlr] » lorsqu’ils « n’entrent pas dans le cadre d’une pratique commerciale habituelle ».

[« Le Monde » du Jeudi 03 mai 2018, relance ses affirmations de ristourne « privilégiantes » : La société Jaulin une remise de 50 % sur la location des barrières. Selfcontact, spécialiste des appels téléphoniques 24,24 %. En attente de nouvelles infos …


Antton Rouget, Titre original de l’article : « Un directeur de GL Events a pris part à la campagne de Macron » – Source (Extraits)