Étiquettes

, , , , , , ,

Délaissées au profit des métropoles, les villes moyennes comptent leurs plaies : isolement, faibles ressources, exil des jeunes et des diplômés, chômage, pauvreté. Pour leurs élus, l’égalité des territoires prévue par la Constitution n’est plus qu’un souvenir.

Comme à Montluçon (Allier), où le combat pour une desserte ferroviaire décente en conditionne beaucoup d’autres.

Pour se rendre en train à Lyon, sa nouvelle capitale régionale, située à 183 kilomètres à vol d’oiseau, un habitant de Montluçon, première commune de l’Allier, doit compter au minimum trois heures et demie, avec un changement impératif, voire quatre à cinq heures selon les autres options proposées. C’est-à-dire davantage de temps qu’un Lillois, qui réside trois fois plus loin. […]

Depuis quelques années, sur la base d’un raisonnement comptable, les rapports successifs remis à l’exécutif, dont celui de l’ancien président-directeur général d’Air France, M. Jean-Cyril Spinetta (1), préconisent des mesures aboutissant à la suppression des « petites lignes » peu fréquentées, comme celle qui mène [de Montluçon] à Paris via Bourges et Vierzon. Sans attendre, le premier ministre, M. Édouard Philippe, a assuré que le gouvernement n’emprunterait pas cette voie. Mais le président de la République, M. Emmanuel Macron, a aussi lâché sur TF1, le 12 avril, qu’« avec un service public ferroviaire rénové » seraient maintenues « toutes celles qui font sens ». Ce qui suppose que certaines ne le seront pas. […]

En 1988, […], [de Montluçon] il fallait deux heures et cinquante-neuf minutes pour rejoindre la capitale (et même six minutes de moins cinq ans plus tard). Il faut maintenant, au mieux, une demi-heure de plus. Et encore, moyennant un certain effort : le TER qui mène à l’Intercités en correspondance à Vierzon part à… 5 h 36. À défaut, une heure plus tard, un autocar SNCF assure la même correspondance, pour un trajet total de quatre heures. Le direct de 8 h 11, lui, ne fait pas mieux : il faut changer de motrice (diesel pour électrique) à Bourges, où l’on fait un crochet. Vingt minutes d’arrêt. « Évidemment, qu’un Montluçon-Paris soit parfois aussi long qu’un Paris-New York, ça joue sur le moral !, lance M. Frédéric Rodzynek, […]

Livrée au règne automobile

Avec une telle offre ferroviaire, comment s’étonner que le nombre de voyageurs décline ? « Les grandes villes n’ont cessé de se rapprocher entre elles, constate, amer, M. Coffin. Nous, nous nous sommes éloignés ! » En cause : d’une part, le report aux calendes du projet de ligne à grande vitesse Paris – Orléans – Clermont-Ferrand – Lyon (POCL), […]  Et surtout, le défaut d’investissements sur le tronçon du Cher ces quarante dernières années : une voie unique non électrifiée, où la vitesse est par endroits fortement limitée. […]

[Autre exemple, la ville de Bourges] est bien dotée en liaisons routières et autoroutières. Mais justement : la voici abandonnée au règne automobile, à contre-courant des métropoles, qui cherchent à s’en émanciper à l’heure de la nécessaire transition énergétique, [du combat contre la pollution notamment automobile].

Dans l’agglomération montluçonnaise, sans voiture, point de salut. « On use une énergie folle, témoigne M. Jean-Claude Perot, président du groupe Metis, spécialisé en automatisme, mécatronique et robotique et vice-président de la chambre de commerce et d’industrie (CCI). J’ai fait le calcul : 70 000 kilomètres avec mon véhicule l’an passé. En temps, c’est trois mois de travail ! C’est monstrueux. Et, en plus, dangereux. » « Avec la hausse des péages et la limitation de vitesse à 80 kilomètres à l’heure », qui accroît mathématiquement de 12,5 % les temps de parcours sur les départementales (on ajouterait les nouvelles règles en matière de contrôle technique, plus strictes pour les vieux véhicules), « c’est un peu la double ou triple peine », observe Damien Tardieu, journaliste qui, dans ses entretiens à la radio associative RJFM, prend chaque jour le pouls de la société locale. Les élus finissent par y voir une rupture dans l’égalité de traitement entre les territoires que la Constitution est censée garantir (3). […]

Si Montluçon dispose d’un Institut universitaire de technologie, d’une école de management et d’une école d’infirmières, beaucoup de jeunes n’y restent pas. Après le lycée, ils partent obtenir un diplôme d’études supérieures à Clermont-Ferrand, Lyon ou Paris. Parfois, certains reviennent en couple, avec enfants. Ou alors plus tard, retraités. […]

Selon une note du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) (9), une trentaine de villes moyennes en France, dont Montluçon, sont « particulièrement fragiles » parce qu’elles concentrent plusieurs des difficultés observées parmi les 203 villes de taille et rôle semblables répertoriées, principalement des villes de 20 000 à 100 000 habitants. On compte, dans ces « maillons fondamentaux de l’armature urbaine française », selon le CGET : une spécialisation industrielle et administrative, une population plus âgée que dans les métropoles, une plus faible proportion de cadres et de diplômés de l’enseignement supérieur, des jeunes moins bien insérés. Et, bien sûr, un chômage plus sensible à la crise de 2008 et un fort taux de pauvreté.

En 2014, à Montluçon, le revenu médian des ménages — pour beaucoup des familles d’employés, d’ouvriers et de retraités — était de 12 % inférieur à la moyenne nationale, de 20% à celui de Lyon, de 32% à celui de Paris. Le taux de chômage (11,8%) était plus haut que dans l’ensemble de la France (9,6%) et bien plus que dans l’ensemble de la région (8,6%). Le taux de pauvreté relative, dont le seuil était alors fixé à 1 008 euros mensuels pour une personne seule, était plus élevé de 52% que le chiffre national (10)… Un Montluçonnais sur cinq est concerné.

On en voit la réalité les mardis et les samedis, dès 6 h 30, rue de la Gaîté, quand, près du Secours populaire français, commence la ronde des familles dont le reste-à-vivre quotidien (hors loyer, électricité, chauffage, téléphone, assurances) tourne en moyenne à 3,35 euros par personne. En 2017, 1 200 personnes ont été aidées par une soixantaine de bénévoles dans cette seule structure, avec les surplus alimentaires collectés auprès des grandes surfaces. On le voit aussi, chaque midi, dans la chaleureuse Maison de la solidarité gérée par le Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP), où une poignée de repas sont servis. Mais son activité est menacée : la cuisinière de l’association vient d’apprendre que son contrat aidé ne serait pas renouvelé — conséquence des restrictions décidées par le gouvernement. On parle ici d’équations délicates : comment faire, quand on est informaticien sans emploi et que l’on se voit proposer un contrat court à Issoire ou à Clermont-Ferrand ? Où se loger ? Comment se déplacer ? À Montluçon, près de la moitié des demandeurs d’emploi sont en chômage de longue durée. Au dessert tombe cette appréciation : « Tant qu’ils [les dirigeants] ne sont pas personnellement dans la merde, ils ne comprennent pas. »

À la cité administrative, qui regroupe les bureaux de la municipalité et de la communauté d’agglomération, M. Jean-Louis Muller, directeur des services des deux structures, estime que la France présente cette particularité d’avoir « un État qui connaît très mal les villes moyennes » et qui serre inconsidérément les cordons de la bourse en matière de dotations. « Cela confine à l’insupportable pour des villes comme nous », dit-il, d’autant qu’elles « portent toutes les charges de la centralité » au niveau du bassin de vie et d’emploi. Depuis, les associations de collectivités locales ont dénoncé les « pactes financiers » proposés par le gouvernement actuel, qui visent à limiter la hausse de leurs dépenses de fonctionnement (11).

Échaudés par la question ferroviaire, MM. Dugléry et Laporte font le constat d’un aménagement du territoire moribond et d’une décentralisation meurtrière quand elle n’est pas accompagnée de moyens. Ils exposent le récent découpage territorial imposé par Paris, qui les place dans la région Auvergne-Rhône-Alpes (« Qu’a-t-on à voir avec la Maurienne ou la Tarentaise ? »), à quinze kilomètres de la Nouvelle-Aquitaine (« qui s’étend jusqu’à Hendaye !… »), alors que la ville est tournée autant vers Bourges et Vierzon (Centre-Val de Loire) que vers Clermont-Ferrand.

« Il suffit que deux présidents de région ne se parlent pas, et rien ne bouge ! », regrette M. Dugléry, par ailleurs conseiller régional. Pour le rail, ce serait flagrant : la Nouvelle-Aquitaine a rouvert la ligne Bordeaux-Montluçon, qu’Auvergne-Rhône-Alpes, hostile à la régionalisation des lignes, ne veut pas étendre jusqu’à Lyon. La région Centre-Val de Loire veut bien participer, sur la partie Cher, à la restauration du tronçon Bourges-Montluçon vétuste ; mais Auvergne-Rhône-Alpes (dont le président, M. Laurent Wauquiez, est pourtant du même bord politique que M. Dugléry) n’est pas chaude pour le faire sur la partie Allier, si éloignée de Lyon… « Il faut reprendre aujourd’hui cette idée d’aménagement du territoire, conclut M. Dugléry. […]


Jean-Michel Dumay-Journaliste, Le monde diplomatique. Titre original : « La France abandonne ses villes moyennes » ; Source (extraits)


  1. Jean-Cyril Spinetta, « L’avenir du transport ferroviaire» (PDF), rapport remis au premier ministre Édouard Philippe le 15 février 2018. Lire également Benoît Duteurtre, « Il paraît que les petites lignes de chemin de fer coûtent trop cher », Le Monde diplomatique, avril 2018.
  2. Épreuve référence du raid aventure, consistant à parcourir les régions hostiles de la planète sans moyen motorisé.
  3. Article 72-2 de la Constitution du 4 octobre 1958 : « La loi prévoit des dispositifs de péréquation destinés à favoriser l’égalité entre les collectivités territoriales. »
  4. André Touret, Destins d’Allier, 1945-2000, Éditions Créer, Nonette (Puy-de-Dôme), 2005.
  5. Élie Cohen, L’État brancardier. Politiques du déclin industriel (1974-1984), Calmann-Lévy, coll. « Liberté de l’esprit », Paris, 1989.
  6. Sur la mémoire de la ville au cours des « trente glorieuses », Jean-Claude Fournier, Si Montluçon nous était conté. En « mollussonais » dans le texte, disponible dans les librairies locales.
  7. La Montagne, 17 mars 2018.
  8. René Bourgougnon et Michel Desnoyers, Montluçon au siècle de l’industrie. Le temps du canal, du fer et du charbon, Éditions du Signe, Strasbourg, 1991.
  9. « Villes moyennes en France : vulnérabilités, potentiels et configurations territoriales», En bref, no 45, CGET, Paris, décembre 2017.
  10. Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) et Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes.
  11. Patrick Roger, « Les associations des collectivités locales se liguent contre la “recentralisation” en cours», Le Monde, 11 avril 2018.
  12. Lire Mehdi Chebana et Laurent Geslin, « La valse européenne des médecins», et Pierre Souchon, « Cette France en mal de médecins », Le Monde diplomatique, respectivement mai 2011 et septembre 2016.
  13. Maryline Baumard, « Réfugiés : un sas d’intégration à Montluçon», Le Monde, 7 août 2017.
  14. Éloi Laurent, « Égalité versus cohésion des territoires ou le triomphe de la proximité », Cahiers français, no 402, Paris, janvier-février 2018.