Mots-clés

, , ,

Si l’attentat est condamnable avec la plus grande virulence ainsi que de déterminer les responsabilités des services de renseignements, que dire de cette actualité-là datant d’une semaine qui n’en doutons pas, parce qu’il n’y a pas eu de mort, est (presque) passée inaperçue et pourtant elle parait tout aussi alarmante pour la santé morale de la France : « Des militants d’extrême-droite attaquent le Lycée Autogéré de Paris » – MC

Vendredi 16 mars 2018, le lycée autogéré de Paris a été la cible d’une attaque en règle par des militants d’extrême droite. Deux élèves ont été légèrement blessés, des insultes ont été proférées et des saluts nazis effectués. L’établissement a porté plainte.

« Excusez-moi, vous êtes qui ? », lancent deux ados alors qu’on pénètre dans la cour du Lycée Autogéré de Paris, (LAP). « C’est juste pour savoir. Vous comprenez, avec ce qu’il s’est passé la semaine dernière… »

L’ambiance est un peu moins détendue que d’habitude au LAP en ce vendredi après-midi. Dans cet établissement autonome où l’on entre et sort à sa guise, on se méfie plus depuis l’attaque en règle de militants du Groupe Union Défense (GUD), un syndicat-groupuscule d’extrême-droite habitué aux actions violentes.

Fumigènes et barres de fer

Vendredi 16 mars, le LAP a été la cible d’une expédition menée par des membres du GUD. Aux alentours de 16 h 30, une dizaine de personnes débarquent dans la cour de l’établissement dont la grille n’est jamais fermée. L’après-midi est ensoleillée. Événement assez rare ces derniers jours pour qu’environ trente lycéens du LAP en profitent. Ils sont en train de discuter par petits groupes sur les bancs de la cour. « Tout s’est passé très vite », explique Emmanuelle Sliman, professeure de français et de théâtre, qui a été alertée par les cris et la fumée.

Les « gudars », armés de fumigènes rouges et de barres de fer, se mettent à scander « Groupe Union Défense » et à proférer des insultes. « Sales gauchos » ou « tafioles » fusent à plusieurs reprises. Plusieurs d’entre eux effectuent des saluts nazis devant des élèves en panique, pris de court par ce déchaînement de violence.

Vitre brisée, coups et blessures

Dans la cour, les agresseurs saisissent briques, chaises et assiettes qui trainent sur les tables pour les lancer sur les élèves qui tentent d’atteindre le bâtiment. Une pierre éclate la vitre de la cafétéria.

Aurore, en classe de terminale, se retrouve face à eux. Alors que la jeune fille de 19 ans tient la porte de l’établissement pour que les élèves se réfugient à l’intérieur, l’un des assaillant lui jette une chaise dans les pieds. « Ça m’a bloqué les jambes », raconte-t-elle la voix tremblante de colère. L’homme d’une vingtaine d’année lui assène alors un grand coup de barre en fer sur le genou.

A cet instant, professeurs et élèves sortent pour les repousser. « Ils se sont enfuis assez vite », remarque Emmanuelle Sliman. Les militants du GUD s’enfuient par la grille que les professeurs tentent de fermer. Certains réitèrent des saluts nazis. « Plusieurs sont partis, d’autres sont restés devant », se souvient la prof de Français, très remontée. Alors que les derniers militants d’extrême-droite continuent à les invectiver, des élèves s’approchent et l’une d’entre elle est frappée au visage à travers la grille. « Après, ils sont tous partis », conclut un lycéen qui fume une clope dans la cour.

Visages découverts

Une action violente qui n’a pas duré plus de dix minutes. « Ça faisait expédition, remarque Hermine, 18 ans, en terminale aussi et présente lors de l’attaque. Mais on avait un peu l’impression qu’ils ne s’attendaient pas à rentrer aussi facilement, aussi loin dans l’établissement. »

« Ce qui est surprenant, c’est qu’ils soient rentrés à visages découverts, s’étonnent en choeur Mme Sliman et sa collègue d’histoire-géo, Stéphanie Céolin. Comme s’ils pensaient qu’il n’allait rien se passer. Alors qu’ils s’attaquent quand même à un établissement public. C’est grave. » Le LAP a porté plainte et reconnu deux des militants parmi les visages qui leur ont été présentés au commissariat. Les forces de l’ordre semblent prendre l’affaire très au sérieux. La jeune fille attaquée à la barre de fer compte elle aussi saisir la justice.

« Gentlemen fascistes »

« Leur âge et leur look m’ont beaucoup surprise aussi », tient à souligner Mme Sliman. Ils étaient jeunes, la vingtaine maximum et « avec un physique passe-partout, loin de ce à quoi ont a été habitué ». Pas de crânes rasés, de bombers ou de trop gros bras. Juste des vêtements noir. Plutôt un GUD version « gentlemen fascistes », comme le conseille leur nouvelle ligne de conduite depuis 2012.

Et au LAP, on sait de quoi on parle. Même si l’intrusion jusqu’aux portes du bâtiment est une première, l’établissement est régulièrement la cible des militants d’extrême-droite et les violences sont récurrentes contre l’institution et ce qu’elle représente.

Dernière en date, le 8 décembre 2017. Quatre militants du GUD, présents le 16 mars, étaient venus faire des saluts nazis et crier le nom de leur groupuscule devant le lycée. Certains élèves avaient été approchés par certains aux sorties de tram et bouches de métros quelques heures plus tard, heureusement sans conséquences.

Il y a quelques années, un étudiant avait été sérieusement molesté. En 2007, deux professeurs se sont faits violemment agresser par des malabars d’extrême-droite. Et le lycée est régulièrement tagué de croix celtiques (l’emblème du GUD) et sa boîte aux lettres souvent vandalisée.

Ilot de gauche cible des militants d’extrême-droite

« On représente tout ce qu’ils haïssent, expliquent Mmes Sliman et Céolin en soupirant. On est un lycée qui défend des valeurs de liberté, d’autogestion, d’émancipation. L’opposé de ce qu’ils représentent. Et puis on est un peu dans leur fief. » Depuis 1985, le très à gauche LAP est assez isolé dans le 15e arrondissement historiquement connu comme le repère des militants d’extrême-droite.

Ainsi, le local de Serge Ayoub, figure de l’extrême-droite violente, était à une vingtaine de minutes de là avant d’être fermé il y a trois ans. Un « bar associatif » s’était installé pas loin non plus. Et puis, plus généralement, les quartiers de la Motte-Picquet Grenelle ou de Javel sont prisés par la mouvance identitaire.

Apaiser les esprits

Dans le bâtiment voisin, il y a aussi le centre Vaugirard, annexe de la fac d’Assas, berceau historique du GUD. Mais dans les salles du 15e, seules les premières années étudient. « Et puis on a toujours eu le soutien de la direction d’Assas quand il y a eu des soucis, veulent signaler les professeurs du LAP. On tient aussi à remercier les habitants et les voisins qui ont alerté la police. Ça fait chaud au cœur. »

Dans la cour, certains élèves sont encore remontés. Gabriel, qui nous avait demandé notre identité à l’entrée, est révolté contre ces pratiques. Mais il l’assure, si dans le LAP, il y a beaucoup de militants anti-fascistes, autre raison pour laquelle le GUD s’en prend régulièrement à eux, aucun ne bougera. En tout cas pas au nom du LAP.

« On ne tombera pas dans l’engrenage dans lequel ils veulent nous faire entrer, explique-t-il. On a fait une AG et on a tous dit qu’il fallait apaiser les esprits. » C’est désormais à la police de faire son travail. « Mais on craint tous qu’ils reviennent, souffle un lycéen en remontant son blouson. Ils reviennent toujours… »

Une autre action à Montpellier 

Cette attaque a eu comme une résonance le 23 Mars. A Montpellier cette fois-ci, dans un amphithéâtre occupé par des étudiants. Un groupe de militants d’extrême-droite masqués ont violemment matraqués les occupants pour les expulser. Le GUD n’est pas formellement mis en cause dans cette affaire. Trois étudiants ont dû être hospitalisés. On ne sait pas si une enquête est en cours.


24/03/18- 09h39 – Pierre Bafoil – Les Inrocks – Source


Ajout du 26 Mars 2018

Le doyen de la Faculté de droit et science politique de Montpellier, Philippe Pétel, a remis sa démission au président de l’Université, après la violente éviction dans la nuit de jeudi à vendredi par des hommes cagoulés d’étudiants qui occupaient un amphithéâtre. Le président de l’Université, Philippe Augé, a accepté la démission présentée vendredi soir par M. Pétel et nommé le vice-président, Bruno Fabre, administrateur provisoire de la Faculté.
—–
Le président de l’université Montpelliéraine a ordonné la fermeture de la faculté jusqu’à lundi matin et dit avoir déposé plainte contre X « afin que toute la lumière soit faite sur les événements ». Accompagné de l’administrateur provisoire de la faculté de droit, il ira « à la rencontre des agents et des étudiants de la Faculté » de droit « dès le début de la semaine prochaine », selon l’Université.
Une délégation d’étudiants et de représentants des personnels universitaires avait été reçue vendredi par le préfet de l’Hérault Pierre Pouëssel et la rectrice de l’académie de Montpellier Béatrice Gille qui ont condamné « avec la plus grande fermeté les exactions injustifiées et injustifiables commises par ce groupuscule », dans un communiqué commun. Des étudiants dénonçant la sélection sociale qu’introduit, selon eux, la nouvelle loi Vidal sur l’accès à l’université bloquent l’université montpelliéraine de Lettres Paul Valéry depuis mi-février.

Lorenzo Clément- Source