Mots-clés

, , ,

 C’est une lutte acharnée qui a opposé deux forces de la nature : un tigre et un ours dans le parc national de Tadoba (Etat indien du Maharashtra). La scène, impressionnante et pleine de rebondissements, a été filmée par un guide qui accompagnait des touristes à l’occasion d’un safari photo…

 

Bien que de telles rencontres ne soient pas rares dans la nature, c’était la première fois qu’on les voyait dans la zone touristique de la réserve. Il faisait plus de 35°C ce mercredi 28 février dans la réserve de tigres de Tadoba Andheri, située au centre de l’Inde. Une chaleur écrasante qui a conduit un tigre du Bengale (Panthera tigris tigris) mâle de 7 ans à se rafraîchir et se prélasser dans une mare. Or, les points d’eau sont connus, en période sèche, pour attirer de nombreux animaux qui cohabitent plus ou moins bien.

La réserve de tigres de Tadoba Andheri a une superficie d’environ 625 km² et abrite une biodiversité remarquable aussi bien au niveau des végétaux que des animaux. Moins de 80 tigres vivent dans le coeur et les environs du parc.

Justement, Akshay Kumar, naturaliste en chef sur la lodge Bamboo Forest Safari, guidait un groupe de touristes pour découvrir la faune sauvage quand ce tigre – baptisé Matkasur – très territorial, a attaqué une femelle ours lippu (Melursus ursinus) qui venait boire, accompagné de son petit, un jeune adolescent.

Le tigre a attaqué par surprise la mère et son petit en se jetant sur la mère pour la chasser voire la tuer dans un rapport de force qui favorise nettement le tigre. En effet, le tigre du Bengale est un puissant prédateur qui peut atteindre, pour un mâle, 3 mètres de long pour environ 225 kg et peut tuer des buffles de plus de 900 kg ! En face, l’ours lippu également appelé ours à miel ou ours paresseux, est presque deux fois plus petit : une femelle mesure environ 1,5 mètre et pèse entre 55 et 95 kg, seulement…

Malgré la violence des attaques du tigre qui cherche à étouffer l’ours avec sa puissante mâchoire, les poils de l’ursidé la protège : « la seule chose qui sauve l’ours, c’est les poils sur le corps, parce que le tigre n’a pas de prise« , explique le Dr Andheria, président de Wildlife Conservation Trust en Inde, interrogé par NDTV.
Mais il y a aussi une autre explication : la femelle ours protégeait son petit et tout le monde sait qu’il ne faut jamais, jamais s’attaquer à une mère ours, même pour un puissant tigre du Bengale !

Dans un combat qui semble interminable (plus de 15 minutes), la femelle ours peine à rivaliser avec le tigre mais elle montre un courage et une pugnacité incroyables qui retournent la situation à son avantage et vont lui permettre de s’extirper de cette lutte où aucun des deux animaux ne terminera vainqueur. Après avoir battu en retraite, le tigre retournera dans sa mare, visiblement éreinté tandis que la femelle ours, blessée, et son petit se sont évanouis dans la nature.

Le tigre : une force de la nature en voie de disparitionTigre du Bengale (Panthera tigris tigris) – Inde Crédit : YourDSLRdotcom / Pixabay – Licence : CC0

Présent dans la région de l’Inde depuis 12 000 ans mais redouté par les humains qui l’ont qualifié de « chasseur d’Hommes », le tigre du Bengale a été massivement chassé lors de la colonisation du pays (18e-19e siècles) au point que sa population était au bord de l’extinction il y a quelques décennies. C’est pourquoi l’Inde a lancé, dès 1973 le « Projet Tigre » avec la création de 9 réserves nationales pour protéger le tigre et avec lui toute une biodiversité qui en dépend. Aujourd’hui, 50 réserves ont été instaurés et couvrent environ 2,21% de la superficie de l’Inde.

Une initiative louable mais qui entraîne également des tensions avec les populations qui vivent dans ces territoires sanctuarisés. Ainsi, les membres de la tribu Baiga dénoncent des pressions, intimidations et des sévices de la part des autorités pour qu’ils quittent leurs terres ancestrales, rapporte l’ONG IFAW.

La population du tigre du Bengale, en danger selon la Liste Rouge des espèces menacées, serait en voie de stabilisation autour de 2 000 individus pour le pays.
Soulignons que dans le monde, il n’existe plus que 2 500 à 3 500 tigres à l’état sauvage

Bien qu’officiellement protégés, les tigres subissent toujours la vindicte populaire comme en témoigne la chasse à mort d’un tigre de Sumatra, le 4 mars 2018 par les habitants du village de Hatupangan, situé au nord de l’île de Sumatra (Indonésie). Le félin avait blessé grièvement deux villageois en février dernier, symptôme d’une emprise toujours plus forte des activités humaines sur l’habitat naturel des animaux sauvages, au premier rang desquels figure l’exploitation de l’huile de palme.

Ours lippu (Melursus ursinus) Crédit : JudaM / Pixabay – Licence : CC0

Enfin, il ne resterait que 10 000 à 20 000 ours lippu dans le monde, avec une population en diminution et une espèce classée comme vulnérable sur la Liste Rouge des espèces menacées. L’ours lippu est capable de grimper aux arbres et a une agilité qui l’a malheureusement conduit dans les cirques pour y faire des représentations de jonglerie.


Christophe Magdelaine -Notre-planete.info – Titre original : Un tigre attaque un ours dans un combat suprenant filmé par un guide naturaliste en Inde (vidéo) » – Source (lecture libre sur le site ).