Étiquettes

,

« La défaite » récente du PSG (2-1) face au Real Madrid, vient le rappeler

En matière de football, l’argent est nécessaire mais pas suffisant et on le voit bien […] qu’il y a une sélection par l’argent parce que, si on regarde les clubs qualifiés pour les 8e de finales, ce sont aux quatre cinquièmes des clubs appartenant aux grands championnats et qui donc génèrent d’importants droits télévisés [… également que les propriétaires sont des fortunés].

En fait, ce qui a fait la différence en termes financiers, ce n’est pas tellement l’arrêt Bosman – qui met fin aux quotas de joueurs liés à la nationalité – mais l’augmentation des droits télévisés qui constitue la grande part des recettes des clubs et le fait qu’il y a quatre, cinq championnats, et notamment celui de l’Angleterre, qui se distinguent par rapport aux autres.

Cette surexposition télévisée amène également des sponsorings importants. Il y a une sorte de cercle vicieux qui fait que l’argent va à l’argent. Si vous êtes régulièrement qualifié pour la Champion’s League, vous avez un budget conséquent ; si vous avez un budget conséquent vous pouvez acheter des joueurs brillants qui viennent en raison de leur énorme salaire mais aussi parce qu’ils ont l’espoir d’avoir un palmarès.

On voit bien, dès lors, qu’il y a une Europe à deux vitesses, avec le Bayern, la Juventus, Chelsea, les deux Manchester –United et City-, Le PSG (Quatar), Monaco, etc. et les autres … En même temps, l’argent ne suffit pas parce qu’il y a une sorte d’égalité dans cette oligarchie composée d’une quinzaine de clubs avec des budgets à peu près comparables.

Au final, un seul peut gagner. […].


Interview de Pascal Boniface – source (Extrait)  La Provence