Mots-clés

, , , ,

Ils ont sorti les bazookas contre les cheminots et la SNCF. On a pu voir à quel point cette semaine la presse de connivence s’est vautrée une nouvelle fois dans le combat contre les travailleurs de notre réseau ferré et le service public.

Examinons cet assèchement du pluralisme…

  • « La bataille du rail » crie le Journal du dimanche. Le rédacteur enchaine : « le statu quo n’est pas possible », les larmes dégoulinant sur son papier, et il n’oublie pas que « le leader de la CGT est arc-bouté sur les privilèges »
  • Et Le Monde y va de son répertoire… La réforme est « inéluctable », il faut être « lucide », louant ce président Macron qui « risque », qui « ose ». « C’est un pari risqué », écrit le quotidien qu’on oblige à lire dans les écoles, et concluant : « s’il n’est pas tenté, c’est notre système ferroviaire qui pourrait être le grand perdant ». Bref il faudrait casser pour gagner.
  • Et puis, il y a le Parisien qui opte ici pour un répertoire limité pour plus d’efficacité dans le bourrage de crâne. Voyons ces mots choisis… « Faire sauter le tabou du sacro-saint statut des cheminots qui alourdit automatiquement la masse salariale » ou encore ce statut est « une vraie bible sociale qui a un coût».
  • Les journaux télévisés, comme les prétendues émissions de débats, sont du même tonneau avec les mêmes soi-disant experts sortis de quelques boites à idées ultra-libérales et qui, du haut de leur science, sans avoir jamais été sur le ballast réparer les voies par grand froid ou senti l’angoisse du conducteur de train au passage à niveau, nous expliquent en boucle ce qu’il faut faire. Ils sont comme l’ont été certains ministres grassement payés lorsqu’ils étaient haut cadre à la SNCF il n’y a pas si longtemps et crient aujourd’hui haro en chœur sur un cheminot.

Qu’on nous montre des images du travail des cheminots ! Qu’on nous montre leur fiche de paie ! Qu’on nous montre leur vie quotidienne ! Il y a de beaux reportages à faire.

On à envie de leur crier « calmez-vous ».

  • Oui, calmez-vous M. Darmanin, spécialisé dans le retournement de veste, qui a pu dire que la SNCF coutait 340 euros à chaque français. Le Rapport Spinetta dit 200 euros. Il faut vous mettre d’accord sur votre niveau de tromperie…
  • De surenchère en surenchère, ce monsieur Truchot, journaliste qui officie aux Grandes gueules de RMC, est arrivé à trouver que ça coûtait 1000 euros. Qui dit mieux ?

C’est une bêtise crasse. On dépense plus d’argent pour les routes que pour le réseau ferré. Mais allons plus loin ! L’éducation nationale « coûte » à peu près 990 euros pour chacun de nous. Il faudrait donc fermer les écoles ou les privatiser ? Idem pour la santé.

Par contre pourquoi ne nous parle-t-on jamais des crédits CICE aux grandes entreprises qui avoisinent les 20 milliards d’euros sans contrepartie pour l’emploi.

C’est en vérité l’idée même de service public qu’ils attaquent et cet argument selon lequel l’ouverture à la concurrence oblige à détruire le statut des cheminots est faux. Pour avoir combattu les quatre « paquets ferroviaires » au Parlement européen, je dois dire que nous avons empêché la mise en cause du droit social. A force de bataille, le texte final du 4ème paquet ferroviaire ne comporte aucune disposition permettant de revenir sur les droits des cheminots. Mais partout, c’est le contraire qui est affirmé.

Pourtant il est précisé que lors du transfert de personnels, les droits sont conservés.

Ainsi dans le considérant 14 du texte est écrit ceci : « lorsque les Etats membres exigent que le personnel recruté par l’opérateur précédent soit transféré au nouvel opérateur de service public retenu, ce personnel devrait se voir octroyer les droits dont il aurait bénéficié s’il y avait eu un transfert au sens de la directive 2001/23/CE du Conseil. Les Etats membres devraient être libres d’adopter de telles dispositions. »

L’article 8 précise : « la présente directive ne porte pas atteinte au droit des Etats membres d’appliquer ou d’introduire des dispositions législatives, réglementaires et administratives plus favorables aux travailleurs ou de favoriser ou de permettre des conventions collectives ou des accords conclus entre partenaires sociaux plus favorables aux travailleurs ».

On le voit, ce n’est pas la directive européenne qui oblige à détruire le statut mais la volonté macroniste d’abaisser partout les droits sociaux.

Face à cette inouïe campagne de désinformation, il convient de passer à la contre offensive politique et idéologique.


Lettre de Patrick Le Hyaric – Député GUE Européen