Mots-clés

, ,

Bachar al-Assad semble bien décidé à en finir avec la zone rebelle de la Ghouta orientale, […] … au prix d’un désastre humanitaire que la communauté internationale semble incapable d’empêcher.

“A mon sens, le pire est devant nous.”  Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves le Drian, a fait part de son inquiétude devant le Parlement mardi 20 février en évoquant la situation humanitaire tragique dans la région de la Ghouta orientale.

Cette région située à l’est de Damas, la capitale syrienne, est une des dernières enclaves tenues par l’opposition à Bachar al-Assad, principalement l’armée syrienne libre. Formée de plusieurs villes et villages, cette zone assiégée où quelque 400.000 personnes sont prises au piège et où des cas sévères de malnutrition sont apparus est devenue un des derniers sanctuaires rebelles.

En vert, la zone tenue par les « rebelles »

Le régime syrien, à plusieurs fois démenti d’utiliser des armes chimiques, a été pointé du doigt ces dernières semaines pour des attaques « présumées » au gaz de chlore.

« Après un tir de roquette mené par un avion, 14 cas de suffocation ont été rapportés dans la région de Chifouniyé, entraînant la mort d’un enfant. Une femme se trouve dans un état critique », « La plupart des patients portent une odeur de chlore sur leurs vêtements et leur peau, beaucoup ont des difficultés respiratoires, et des irritations aux yeux et à la peau » a indiqué à l’AFP le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

Ces cas de suffocation interviennent alors que le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté samedi une résolution réclamant une trêve humanitaire d’un mois « sans délai » dans toute la Syrie, ravagée depuis 2011 par une guerre qui a fait plus de 340.000 morts.


Source diverses – D’après Inrocks Et 20 Minutes/Le Monde  


Une autre version …

 Le régime d’Assad a des postes surplombant la frontière israélienne près de Quneitra dans le nord du Golan, et il est possible que de hauts responsables du Hezbollah et des représentants iraniens visitent ces postes, qui sont très proches du territoire israélien. Ce n’est pas la seule évolution importante de ces derniers mois. Il y a environ un mois, le régime a repris l’enclave de Beit Jin, dans le nord du Golan, des rebelles sunnites; elle est située à moins de 15 kilomètres de la frontière israélienne. Les officiers des Forces de défense israéliennes croient que tôt ou tard, Assad s’efforcera de reprendre le contrôle du reste du Golan syrien, en partie à cause de l’importance symbolique de la souveraineté sur la frontière avec Israël. Les membres du cabinet de sécurité, qui ont visité le Golan avec des officiers supérieurs des FDI il y a près de deux semaines, pensent la même chose.

L’analyste Elizabeth Tsurkov, qui a suivi de près les événements en Syrie au cours des dernières années et qui a interviewé de nombreux miliciens rebelles et résidents du Golan syrien, a publié la semaine dernière une enquête détaillée sur le blog « War on the Rocks » sur les développements dans le sud de la Syrie.

Source Pour repousser l’Iran, Israël renforce son soutien aux rebelles syriens, « armant 7 groupes différents » (Haaretz) – Le-Blog-Sam-La-Touch.over-blog.com