Étiquettes

, , ,

L’un des grands maux qui met à mal le service public des hôpitaux est en grande partie dû à la tarification à l’acte. Y mettre un terme, serait déjà remettre en équité  l’offre de soins publics. Mais surtout, attendons de voir les nouvelles dispositions avant de crier victoire. MC

[…] À l’automne dernier, la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait […] annoncée l’expérimentation de nouveaux modes de rémunération des actes médicaux, particulièrement à l’hôpital. Ce n’était bien sûr pas encore la révolution attendue par certains (seulement 30 millions d’euros sont consacrés à ces tests), mais une première ébauche de réponse à la crise qui touche les établissements français […]

Trois mois et demi plus tard et alors que le malaise des personnels soignants est loin d’avoir faibli, Édouard Philippe l’accompagne dans un hôpital du Val-d’Oise pour présenter « une stratégie de transformation de l’offre de soins » […].

L’un des maux a été identifié. […] Nom de code T2A. La tarification à l’acte a été lancée pour répondre à un dysfonctionnement majeur du financement des hôpitaux. Depuis les années 80, les centres hospitaliers étaient financés par une dotation globale de l’État qui était revalorisée chaque année dans les mêmes proportions pour tous, sans tenir compte de l’évolution de son activité.

[…] cette logique comptable portait en elle les germes d’une maladie dont le symptôme principal est le ras-le-bol du personnel soignant. Car en rémunérant les hôpitaux à l’acte, cette T2A a conduit les médecins à augmenter la cadence, à réduire la durée des consultations, voire à prescrire des soins à l’utilité douteuse.

Problème dans le même temps: l’enveloppe globale destinée au financement des hôpitaux n’a pas augmenté, entraînant donc une baisse du tarif des actes pratiqués. […].

« On est au bout d’un système », résume André Grimaldi, professeur d’endocrinologie-diabétologie à la Pitié Salpêtrière […] y allait de sa comparaison. « Imaginez une grande surface à qui l’on dit « il faut vendre de plus en plus » mais plus vous vendez et plus on baisse les prix », disait-il en janvier sur France Inter. Voilà donc pour le constat. […]

[…] « L’idée d’expérimenter des alternatives au tout T2A est largement partagée par les professionnels de santé comme par les agences de l’État », concluait le député Olivier Veran l’un des spécialistes Santé de la majorité macroniste.


Alexandre Boudet – HuffPost – Titre original « Tarification à l’acte: la fausse-bonne idée qui a conduit l’hôpital au burn-out » –  Source (Extrait)