Étiquettes

, ,

Ce titre sonnera comme un défi pour certain et comme une reconnaissance pour d’autre. Extrait d’un article paru dans « La Tribune » le 23 janvier 2018. MC

[…]

notre volonté de dépasser l’intérêt catégoriel : le métier d’investisseur dans le non-coté a une vraie utilité, il est au service des entreprises, de la croissance économique. C’est la France qui investit et qui est attractive.

Nous disposons d’un terrain favorable avec des entreprises et des entrepreneurs de talent en France mais la fiscalité n’était pas favorable. Le cadre est en train de changer depuis l’élection d’Emmanuel Macron, qui avait été le plus réceptif à nos propositions pendant la campagne présidentielle.

  • De quelle force de frappe dispose le capital-investissement français ?

Le private equity français a levé plus de 80 milliards d’euros en dix ans, plus de 15 milliards l’an dernier. Notre dynamique devrait nous conduire à dépasser les 20 milliards d’ici à 2020 et ainsi devancer le capital-risque britannique.

Notre empreinte économique, c’est plus de 200 milliards d’euros de chiffre d’affaires, l’équivalent de 20% du CAC 40 !

C’est aussi 1,4 million d’emplois, plus de 8% de l’emploi privé français, ce n’est pas anecdotique. Les 300 fonds membres de « France Invest » emploient entre 4.000 et 5.000 personnes en direct et font travailler tout un écosystème de conseils, de banques, d’avocats à chaque transaction.

  • Vous étiez convié au « Grand rendez-vous de l’investissement productif » ce lundi à l’Assemblée nationale, est-ce une forme de reconnaissance ?

Le private equity était une activité tolérée, nous devenons une activité acceptée.


Source (Extrait mais le reste est an lecture libre en suivant le lien)


  • [Une lecture qui n’a rien de rassurante pour l’utilisation des finances acquises-libérées grâce a l’absence de l’impôt ISF des fiances ainsi disponible destinées selon Macron a l’expansion des entreprises en France qui avec ce genre d’ouverture des groupes d’investissements vont attirer des capitaux au détriment de l’économie industrielle. Ainsi « les riches protégés du système financier de Macron » auront à la fin du quinquennat multiplié des fortunes sans que pour autant ne soit résolue deux équations : la dette de la France et le chômage
  • De plus la ceinture pour un grand ensemble des français est dans les starting-blocks, lire l’article qui suit … MC]

Déficit : la Cour des comptes appelle Macron à réformer « sans retard »

L’amélioration de la conjoncture économique « ne doit pas faire illusion », a mis en garde Didier Migaud. Pour le premier président de la Cour des comptes, le retour sous les 3 % de déficit a été obtenu avant tout par « l’amélioration de la conjoncture, qui a provoqué un important surcroît de recettes », plus qu’aux « mesures de freinage de la dépense prises l’été dernier ».

D’où la nécessité d’un changement de méthode pour mettre fin à « la technique du rabot » et faire « des choix politiques clairement exprimés et votés ». Il faudrait, selon lui, « rendre les gestionnaires publics maîtres de leurs moyens ». « La fatalité, c’est personne ; la responsabilité, c’est quelqu’un », a déclaré Didier Migaud, citant le philosophe Paul Ricoeur.

Un clin d’œil au chef de l’État qui, une fois n’est pas coutume, a assisté à cette audience de rentrée. Face à cet avertissement de la Cour des comptes, Emmanuel Macron veut répondre « non pas avec la fatalité qui accompagne Sisyphe mais la rigueur qui accompagne l’action ».

Le président de la République a ainsi annoncé que les premières propositions dans le cadre du chantier « Action publique 2022 », seraient dévoilées lors d’un comité interministériel début février. « Chaque semaine en Conseil des ministres sera rendu compte des réformes menées ministère par ministère jusqu’en 2022 », a-t-il ajouté.


Ingrid Feuerstein, Les Echos – Source (Extrait mais le reste est an lecture libre en suivant le lien)


Faut-il sans cesse laisser croire qu’Emmanuel Macron fait tout pour tous , notamment accroître le pouvoir d’achat, préserver les emplois, résoudre le chômage (ah! faut lui laisser du temps … ben, allez dire ça a ceux qui depuis des mois cherche un emploi) … et que de toute façon ce serait pareil voire pire avec d’autres … Bah! moi j’demande à voir.

Oui, j’entends et me prépare à lire des commentaires du type z’etes syndicaliste, communiste , anarchiste … non, juste parfaitement humain et réaliste. MC

A vos commentaires avisés, Merci