Mots-clés

, ,

Rappel évident, ce n’est qu’un sondage à l’instant T. D’autre part, souvenons-nous que les organismes de sondages sont d’une grande exactitude, le véritable reflet de l’opinion ;  pourtant tous les résultats interprétés servent à argumenter autant les « anti » que les « pour » la politique que nous impose au pas de charge et sans consultation démocratique, le gouvernement actuel et Macron. MC

Malgré une conjoncture économique favorable et des réformes menées à grand pas, la politique économique menée par le président de la République est jugée défavorablement par une majorité de Français selon la dernière enquête mensuelle d’opinion BVA/La Tribune.

53% des Français mécontents de Macron.

C’est 4 points de moins qu’en octobre. Le mécontentement provient principalement des employés et ouvriers (57%), les personnes touchant les revenus les plus faibles (60%), les 35-49 ans (61%). Sur le plan politique, les critiques émanent surtout des sympathisants de gauche (71%) […].

[…] Le calendrier de mise en place des mesures plus favorables pour le pouvoir d’achat des catégories les plus modestes, comme les revalorisations des prestations sociales (allocation adulte handicapé, minimum vieillesse, prime d’activité), sont plutôt prévues en fin d’année [et de fait, mécontentes au regard des promesses d’augmentation du pouvoir d’achat].

Les Français sceptiques sur l’avenir.

[…] Invités à se prononcer sur les résultats à venir de la politique économique de Macron selon plusieurs échéances. Et au vu des réponses récoltées, les Français ont été très critiques à l’égard de la politique du gouvernement sur le pouvoir d’achat. Près de deux tiers des répondants (63%) ont indiqué que les réformes de l’actuelle majorité ne permettront pas d’avoir de résultats dans ce domaine.

Des réponses qui font également écho à l’étude récente des économistes de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), le centre de recherches lié à Sciences Po Paris. Ce travail signale que si les mesures du budget seraient quasiment neutres sur le pouvoir d’achat global des ménages en moyenne, les inégalités pourraient s’accroître en 2018. […]

La protection des emplois au centre des préoccupations

[…] D’après les réponses obtenues par BVA, un Français sur deux considère que pour lutter contre le chômage, il faut assurer la protection des emplois et empêcher les entreprises de licencier plus facilement. « Ils sont même 64% à considérer que dans l’absolu, faciliter les licenciements ne constitue pas une mesure efficace pour résorber le chômage ». Des réponses qui vont à l’encontre des réformes menées par l’exécutif notamment sur le Code du travail. […]

[Au lieu de stigmatiser les chômeurs le gouvernement devrait tout mettre en œuvre pour relocaliser et conserver sur le territoire français sauf que dans ce cas c’est Bruxelles qui criera au scandale, au protectionnisme français sans bien évidemment regarder de près ce qu’a fait l’Allemagne entre autre.]


D’après Grégoire Normand, titre de l’article original « Politique Economique : Les Français jugent sévèrement Macron » – La Tribune – Source (EXTRAIT)