Mots-clés

,

Les éditions Gallimard auraient décidé de rééditer les pamphlets antisémites de Céline, aussi est-on en droit de se poser la question, pour quels raisons ou quels usages ?

[Ces  textes: Bagatelles pour un massacre (1937), l’École des cadavres (1938) et les Beaux Draps (1941), comme Mein Kampf, où les Décombres, de Lucien Rebatet, bien que présent sur Internet étaient jusqu’à maintenant, quelques peu confidentiels.] Certes, on imagine bien que Gallimard a vu là un coup éditorial.

Une levée de boucliers d’intellectuels

L’affaire a été considérée comme suffisamment sérieuse, suscitant d’ailleurs une levée de boucliers d’intellectuels comme de personnalités telles Serge Klarsfeld, pour qu’Antoine Gallimard, accompagné par l’écrivain Pierre Assouline qui devrait préfacer les trois volumes, ait été convoqué le 19 décembre (2017) par le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, Frédéric Potier. Il serait donc question aujourd’hui d’une publication avec « un appareil critique », offrant « toutes les garanties nécessaires » et à même « d’éclairer le contexte idéologique ».

Gallimard, de son côté, en tenait pour une édition parue en 2012 au Québec (Éditions 8), sous le titre « Écrits polémiques », avec l’éclairage d’un spécialiste de l’œuvre de Céline, Régis Tettamanzi, professeur à l’université de Nantes.

Reste que la parution des textes, initialement prévue en mai, serait actuellement reportée à une date indéterminée. À suivre donc.


Maurice Ulrich –Titre original « Polémique. Céline, écrivain jusqu’à l’ignominie » – Source (extrait)