Perte d’un emploi suivi d’une longue période de chômage; accident du travail qui provoque un handicap ; famille éclatée après la séparation des parents, pension de retraite insuffisante, notamment à la suite du décès de l’un des conjoints ; longue maladie… Souvent, une de ces ruptures est le premier maillon d’une chaîne de coups durs et d’« accidents de la vie » pouvant faire basculer dans la précarité, voire la pauvreté.

La gêne matérielle s’accompagne par ailleurs souvent de troubles comportementaux : addictions (médicaments, alcool, drogues), repli sur soi, perte de sociabilité, et même psychoses pouvant conduire à des réactions violentes et des idées suicidaires. […]

Autant d’aléas qui pèsent sur la santé. Plus dramatiques encore, la situation des sans-abri sur le trottoir avec leurs enfants, […] ou vivant dans des bidonvilles exposés aux intempéries et aux réactions hostiles, ont des conséquences désastreuses sur la santé physique et psychique non seulement des adultes mais aussi (et surtout) des enfants.

Le mal-logement représente une autre forme d’obstacle au développement de ces derniers. […] Toutes les privations entraînent un danger pour l’enfant, en particulier […] … les carences alimentaires affecteront notamment la santé des plus petits les privant d’atteindre leur plein potentiel physique ou cognitif, limitant de ce fait leur capacité à bien apprendre et dans l’avenir, à avoir un travail digne. Privés d’une éducation de qualité, ils courent le risque de ne pas pouvoir acquérir les compétences nécessaires pour réussir professionnellement et de pouvoir, à leur tour, jouer plus tard un rôle positif auprès de leurs propres enfants. […]

[…] … depuis de nombreuses années des dispositifs de prévention en matière de santé (dépistage, diététique), d’accès aux vacances, aux loisirs, à l’éducation (sorties culturelles et accompagnement scolaire), notamment en faveur des enfants handicapés, qui n’ont pas accès aux établissements adaptés, trop chers car pas assez nombreux et situés trop loin du domicile.

Autant d’actions portées par des associations pour l’aide alimentaire et vestimentaire, l’information en matière de droit et de logement, les aides aux familles de migrants et réfugiés, privées de la quasi-totalité de ces droits fondamentaux.