Mots-clés

, ,

Tous ne sont pas qualifiables de voyous, juste qu’ils utilisent l’arsenal des nouvelles lois Macron. Par conséquent le plus voyou de tous … c’est …. (MC)

Le groupe PSA a convoqué les syndicats de l’entreprise le 9 janvier 2018 en vue de négocier une rupture conventionnelle collective. JP. Mercier, délégué syndical […] du groupe PSA, dénonce des suppressions de postes injustifiées.

  • La direction de PSA use du nouvel outil du Code du Travail : « ruptures conventionnelles collectives », cela consiste en quoi?

JP. Mercier — C’est tout le contraire de la lutte contre le chômage […]. Les employeurs peuvent supprimer des postes sans avoir recours à un motif de licenciement économique. Cela consiste […] à lui faire gagner des avantages financiers. […] Depuis des années PSA accumule des milliards de bénéfices, et pourtant ils vont activer un nouveau plan pour l’année 2018. […].

  • Cette mesure a fait l’objet d’un décret d’application paru le 22 décembre au Journal officiel. Il y a donc un lien direct avec ce nouveau plan ?

Tout à fait. Ils ont attendu la publication du décret d’application sur les « ruptures conventionnelles collectives », pour nous annoncer ce plan et nous convoquer le 9 janvier pour la négociation [– en réalité nous mettre au pied du mur- MC]. […]

Depuis 2012 [et l’augmentation de la robotisation- MC], la direction a supprimé près de 25.000 emplois en CDI en France, […], alors que la production nationale de voiture est passée de 860.000 à 1 million de véhicules. Tout cela s’est fait à coups de plans de départs volontaires et de plans de pré-retraite non remplacés. Les derniers plans de licenciements secs remontent à PSA Aulnay et PSA Rennes.

Depuis, c’est du « volontariat de moins en moins volontaire », car les ingénieurs et techniciens sont mis au placard, on leur dit qu’ils n’ont aucun avenir dans l’entreprise. Dans d’autres cas ce sont des ouvriers victimes d’accidents du travail à qui on donne le choix entre un licenciement pour inaptitudes physiques ou prendre le plan de départ volontaire. […]

  • Quelles conséquences ces suppressions de postes ont-elles pour le fonctionnement des usines ?

C’est bien joli de pousser dehors des CDI mais il faut des bras pour faire tourner les chaînes de production et les bureaux d’études […] Sur certaines chaînes de production il y a parfois 90% d’intérimaires. On a le sentiment que Peugeot ne veut plus de CDI dans ses usines. PSA veut travailler avec des précaires. Ça lui coûte moins cher, et les salariés ont moins de droits.

[…] Au lieu de contrôler et de sanctionner les chômeurs, il faudrait contrôler les patrons et les sanctionner quand ils suppriment des emplois alors qu’ils font des bénéfices. […] Il faudrait embaucher tous les intérimaires qui travaillent depuis des années sur les chaînes de production. C’est comme ça que la société pourrait aller mieux. […]


Propos recueillis par Mathieu Dejean – Les Inrocks – Source (extrait)


Dessin de Steve Cutts