Une enquête du journal « L’Opinion » rapporte des témoignages effarants de députés qui se sentent démunis, car ils gagnaient mieux leur vie avant d’être élus…

Une élue de la nation, qui conserve l’anonymat dans un article très instructif du journal L’Opinion, de nombreux députés sont sur la corde raide.

En cause : un train de vie nettement ralenti depuis qu’ils ne perçoivent « que » 5000 euros nets d’indemnité parlementaire. En effet, d’après les Décodeurs du Monde, de nombreux membres de l’Assemblée  (41,15%) percevaient plus de 50.000 euros de revenus annuels ces cinq dernières années. Et ils ont du mal à s’adapter à leurs nouvelles conditions de vie, alors que pour combler le tout, la loi pour la confiance dans la vie publique les contraindra à partir du 1er janvier à justifier leurs frais.

« J’ai ressorti des vêtements de la cave »

Une déclaration de cette même députée LREM qui conserve l’anonymat (tant mieux pour elle, sans doute) a fait le buzz sur les réseaux sociaux : « Je vais moins souvent au restaurant, je mange pas mal de pâtes, j’ai ressorti des vêtements de la cave et je vais devoir déménager », assène-t-elle avec aplomb. On en appellerait presque le Samu Social pour qu’on lui vienne en aide.

Dans @lopinion_fr la détresse d’une députée LREM, passée de 8.000 euros dans le privé à 5.000 à l’Assemblée :

« On ne s’y retrouve pas aujourd’hui »

Dans l’article de l’Opinion, certains députés s’interrogent ainsi sur le saut dans le vide qu’ils ont fait en étant élus députés, alors que leurs situations étaient plus confortables auparavant : « On a tous lâché des situations professionnelles très confortables, et on ne s’y retrouve pas aujourd’hui ».

Vouai, vouai, t’étais pas zobligé mon pote mais la gloriole du poste faisait bien sur ta carte de visite et t’a « plongée » pour dès que l’on t’a laisser entrevoir le pseudo piédestal, toutes tes fausses angoisses sont restées au vestiaire, qu’en est-il de tes convictions politiques si toutefois t’en avaient avant de te mettre devant le starter du :  » je suis l’mouvement dicté par l’chef Emmanuel 1er » – MC

« Je n’ai jamais autant bossé pour si peu »

Pourtant, l’intensité du travail parlementaire, avec des séances qui se poursuivent tard dans la nuit, les laissent pantois. « Je n’ai jamais autant bossé pour si peu », sermonne une députée LREM. […] Tout comme il est incongru de révéler au grand public en minaudant qu’on ne sait pas ce qu’est la prime de Noël…

Les Inrocks – Source   Service Actu


Pour rappel  …A comparer avec :

Depuis le 1er février 2017, le salaire mensuel brut d’un député est fixé à 7185,60 euros. Ce montant correspond à la somme de son indemnité de base (5581,05 euros), de son indemnité de fonction (1437,12 euros) et de son indemnité (éventuelle) de résidence (165,44 euros).

Certains parlementaires cumulent les fonctions de député avec celles d’élu local. C’est par exemple le cas des députés-maires qui touchent à la fois leur salaire de député et leur salaire de maire.

Un député dispose également d’un crédit affecté à la rémunération de collaborateurs (aussi appelés assistants parlementaires ou attachés parlementaires) qu’il recrute, et dont les effectifs varient de 1 à 5. Son montant mensuel est de 9618 euros. Les députés ne touchent pas personnellement cette somme puisque celle-ci leur sert à rémunérer leurs attachés parlementaires.

Enfin, différents moyens pratiques sont également mis à la disposition d’un député. En matière de déplacement, il bénéficie notamment d’un accès gratuit à l’ensemble du réseau SNCF en 1ère classe et de la prise en charge de 80 déplacements aériens par an entre Paris et sa circonscription. Il dispose également d’un bureau individuel au sein du Palais Bourbon ou de ses dépendances. Chaque député bénéficie de la prise en charge de ses frais de communication (Internet, téléphone, courriers…).


Des pâtes oui mais des fraîches venant directement d’Italie par jet spécial sans doute ! MC