Mots-clés

,

Dans un récent article posté sur ce blog consacré à la découverte d’un trou noir récemment (lien), je posai dans un commentaire la question : « qu’est-ce que l’infini ? ». Ne sachant répondre à cette question je me suis tourné vers les connaisseurs ayant apporté une contribution sur ce thème dans quelques pages Internet.

Je-vous livre en vrac, une partie de mes recherches ci-dessous, pour autant bien qu’ayant lu et relu certaines définitions mathématiques, scientifiques ou philosophiques, je reste dubitatif face aux définitions de l’infini d’une part et d’autre part comment cet infini a pu créer différent univers et à partir de quoi. Bien qu’étant loin de tout mysticisme, cartésien d’éducation, je sais que tout s’explique un jour, que tout mystère est élucidé scientifiquement et peut-être vulgariser pour le plus grand bien de la compréhension humaine. Attendons ce moment.


1) Lire attentivement l’intégralité de la définition de Alfred Bartolucci (Source) , -pour celles-ceux qui auront la patience d’aller jusqu’au bout-  mais en voici un extrait : Infini dans l’usage quotidien : qui est sans limite ou qui est très grand, considérable. L’univers, l’océan, le désert … sont dits infinis. En mathématiques le sens du mot infini est différent de celui qu’on lui donne habituellement et heurte nos opinions. »

En mathématiques, quand on divise successivement un nombre donné par un nombre qui se rapproche de plus en plus de zéro le résultat [absolu] devient de plus en plus grand, il tend vers l’infini !

Cantor (1845 – 1918) La portée des travaux du mathématicien Cantor (1845 – 1918), notamment sur les nombres et l’infini est considérable. Ses travaux ont bouleversé les mathématiques modernes. Cantor a en particulier montré qu’il existe plusieurs infinis dont :

  • Un infini dénombrable : suite infinie mais que l’on peut dénombrer ! (l’ensemble des entiers est dénombrables …).
  • Un infini non dénombrable : suite infinie qu’on ne peut pas dénombrer (l’ensemble de tous les nombres que l’on apprend au collège comprenant les entiers, les décimaux, les fractions, les racines carrées, … est non dénombrable).

2) Lire attentivement l’article (source lien) intitulé « Dossier – De l’Infini…. mystères et limites de l’Univers » par Jean-Pierre Luminet, Astrophysicien Laboratoire d’Astrophysique de Marseille.

Chaque grandeur (mouvement, espace, temps,…) est soumise à l’alternative d’être limitée ou illimitée. Cependant, la Physique d’Aristote considère que les seules entités effectivement données et les seuls processus effectivement exécutables sont finis. Elle n’interdit pas pour autant d’envisager « par commodité » des notions impliquant l’infini, mais sans leur accorder d’existence réelle : l’infini serait potentiel et non pas actuel.


En conclusion, j’opterais pour le moment la formulation de humoriste : L’infini ne peut guère conduire qu’à zéro et réciproquement. (Pierre Dac). Car si vous avez ci-dessus deux Thèses, en réalité vous trouverez plusieurs explications sans qu’aucune théorie ne fasse consensus.