Mots-clés

, , , , ,

Après la loi de moralisation, les ordonnances sur la loi travail, la loi antiterroriste, certains députés, notamment ceux qui découvrent le Parlement, avouent être « au bout du rouleau ». « J’espère que ce sera un peu plus calme l’année prochaine », reconnaît Fabien Gouttefarde, député LREM de l’Eure. « Je n’ai pas le temps de lire, d’écrire, de réfléchir […] » « Ils veulent tout faire ! Or c’est impossible ! »

Le double planning entre le travail au Palais Bourbon et en circonscription, les réunions qui se télescopent, les permanences de nuit une semaine sur trois, avec bien souvent des discussions redondantes par rapport aux débats en commissions…

« On découvre un système qui n’est pas efficient, on passe beaucoup de temps dans l’hémicycle et en commission, ce qui ne permet pas forcément d’avoir le temps pour des auditions », observe le député LREM Pacôme Rupin.

Les parlementaires expérimentés expliquent cette fatigue par une certaine impréparation de leurs collègues. « Ils sont submergés, parce qu’ils veulent tout faire ! Or c’est impossible ! », analyse un ex-PS passé LREM. « Les députés sont très présents, ils sont sur tous les fronts. Ils ont peut-être même envie d’en faire trop. Ils veulent faire avancer les choses très vite et tout explorer. Trop peut-être, car ils s’épuisent à force de se disperser et, revers de la médaille, ils finissent par être frustrés », note de son côté Barbara Pompili, présidente de la commission du développement durable. […] Cette relative désorganisation et ce déséquilibre dans la répartition du travail sont pris très au sérieux par un petit groupe de députés, jusqu’ici réunis sous le nom de code « Care » (soin, en anglais), qui réfléchissent à de nouvelles méthodes pour améliorer le rythme. […]

Du côté de l’opposition cependant, pas question de montrer le moindre signe de faiblesse. « Quand j’entends dire que les députés En marche ! sont fatigués, j’hallucine ! », s’emporte Christian Jacob, président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale. « Si l’on veut commencer sa journée à 9 h et la terminer à 17 h, il faut faire autre chose », poursuit l’élu de Seine-et-Marne. […] … la députée LR Virginie Duby-Muller, pointant « l’impréparation » des élus LREM. « C’est sûr que c’est chargé, mais c’est assez indécent de se dire fatigués. ».

Au PS aussi, cette petite musique fait sourire. « Ils sont fatigués pour quoi ? Parce qu’ils organisent des soirées à la buvette ? », grince un député Nouvelle Gauche, en référence à une petite fête improvisée à la buvette de l’Assemblée nationale par quelques parlementaires LREM, début novembre.

« Nous, nous sommes seulement trente pour faire le même travail, et on ne se plaint pas. » Seul Jean-Luc Mélenchon, chef de file des députés La France insoumise, exprime lui aussi un coup de fatigue. « L’Assemblée est dévorante, c’est au point de se demander si ce n’est pas une tactique du pouvoir », a déclaré l’élu de Marseille, […].


Titre original « Grosse fatigue à l’Assemblée nationale » – Emmanuel Galiero, Le Figaro – Source (Extrait)