Mots-clés

,

Dit comme cela, aucun.

Sauf que le numérique prenant le pas sur les relations personnels-clients, la clientèle trouvant éventuellement « un gain » dans cet aménagement, pour les employés c’est « dégage » …

La banque face au numérique

La Société Générale va ainsi accélérer la refonte de son réseau français. Elle va fermer de nouvelles agences et supprimer 900 postes supplémentaires, soit un total de 3.450 d’ici à 2020. Rien ne l’oblige formellement à lancer un plan de cette ampleur. Ses revenus sont stables dans la banque de détail et ses résultats plutôt bons.

Mais […] de nouveaux acteurs changent les codes, imposent de nouveaux usages et tirent les prix vers le bas. Les clients désertent les agences – à la Société Générale, 90 % des contacts se font désormais par voie digitale. […]

Les banques n’ont guère le choix [sauf que la plus part d’entre elles avaient anticipées et créer leur banque numérique – MC], il faut agir maintenant ou périr à petits feux. […]

La grande distribution et le numérique

Amazon « cannibalise » depuis longtemps sur l’ensemble de ses métiers. […]

Les Galeries Lafayette projettent de céder en franchise 40 % de leurs magasins de province. Il y a deux mois, elles avaient annoncé le rachat surprise de La Redoute, […] [c’est] résolument le virage du numérique. […].

Carrefour a prévenu ses salariés qu’il allait « prendre des initiatives et adapter le modèle » du groupe pour riposter à la « pression tentaculaire des géants mondiaux de l’e-commerce ».

Auchan vient de s’allier avec Alibaba en Chine…

On pourrait ainsi multiplier les exemples. Ils montrent que la vague numérique, l’ubérisation ou l’irruption des Gafa ne sont pas des formules toutes faites ou des lubies de consultants. Mais bien une réalité qui oblige les acteurs historiques à se réinventer. […]


Guillaume Maujean, Les Echos –titre original « La fin des tabous » – Source (Extrait)