Mots-clés

, , , , , , ,

Née le 31 mars 1955 à Versailles, est une dirigeante d’entreprise, haute fonctionnaire et femme politique française.

À partir de 2002, elle occupe des postes de direction au sein de grandes entreprises : directrice générale adjointe de Dassault Systèmes (2002-2008) puis directrice générale des ressources humaines du groupe Danone (2008-2014) [1]. Elle est ensuite directrice générale de Business France [2], dont elle a participé à la création, jusqu’en 2017. Parallèlement à ces activités elle siège dans différents conseils d’administration d’autres grandes entreprises : Orange, la SNCF puis Aéroports de Paris.

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/reforme-du-code-du-travail/video-tout-sauf-humaine-muriel-penicaud-vue-par-des-salaries-de-business-france_2383256.html

Elle est nommée ministre du Travail dans le gouvernement Édouard Philippe sous la présidence d’Emmanuel Macron le 17 mai 2017.

  1. En 2013, Muriel Pénicaud, alors directrice des ressources humaines du groupe Danone, revend ses stock options reçues en 2009, réalisant ainsi une plus-value de 1,13 million d’euros, dont 280.000 € environ sont concomitants à la hausse, début 2013, de la valeur des actions du groupe au moment de l’annonce de 900 suppressions d’emplois de cadres en Europe.
  2. De janvier 2015 à mai 2017, Muriel Pénicaud est directrice générale de Business France, agence nationale au service de l’internationalisation de l’économie française. En mars 2017, une enquête préliminaire, ouverte par le parquet de Paris, vise cette agence. Cette enquête concerne l’organisation d’une soirée de promotion des start-up françaises, organisée autour d’Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, à Las Vegas le 6 janvier 2016 en marge du Consumer Electronics Show (CES).

Le parquet de Paris ouvre en juillet 2017 une information judiciaire pour favoritisme et recel de favoritisme. Elle est confiée au juge Renaud Van Ruymbeke.

Son management est par ailleurs critiqué par les employés de Business France et ses collaborateurs qui dénoncent du harcèlement, les nombreux départs de cadres ainsi qu’un management par le stress et autoritaire.

L’ancienne DRH de Business France aurait ainsi menacé de porter plainte pour harcèlement, avant que l’entreprise ne lui propose une indemnisation pour éviter un procès. Les employés accusent la direction d’avoir agi pour étouffer une affaire gênante pour la ministre.


Source Vidéo : France Info – Texte : Wikipedia