Étiquettes

, ,

Depuis ces 15 dernières années, enseignants et professionnels alarment, corroboré par des statistiques sur une nette augmentation de la maladie mentale et comportements asociaux des enfants, …

  • 1 enfant sur 5 a des problèmes de santé mentale
  • Augmentation de 43% du TDAH
  • Augmentation de 37% de la dépression chez les adolescents
  • Augmentation de 200% du taux de suicide chez les enfants de 10 à 14 ans
  • Augmentation de la délinquance de toutes formes

Nous, parents réagissons

Aussi douloureux qu’il soit possible de l’admettre, avons trop longtemps abandonné notre rôle « de parents », nous laissant, dans une majorité, incapable d’apporter les réponses aux problèmes que posent nos enfants aujourd’hui ! Nous avons indûment reversé ce rôle au système scolaire, alors que ce dernier ne pourra jamais et n’est pas là pour le faire, remplacer les références mentales, intellectuelles et sociales que doivent-devraient apporter le père et la mère.

Affichons clairement ce qui ne va pas ?

Certes la « dureté » de la société actuelle n’incite pas au plein développement de la cellule familiale contribuant à ce que les enfants d’aujourd’hui soient en trop grande majorité, privés des bases d’une enfance saine, tels que:

  • Des limites et directives clairement définies
  • De responsabilités
  • D’une alimentation équilibrée et un sommeil adéquat
  • Du mouvement et du plein air
  • De jeu créatif, d’interaction sociale, d’opportunités pour les temps libres et contre l’ennui
    • Des parents disponibles au niveau émotionnel

Au lieu de cela, les enfants ont :

  • Des parents distraits numériquement parlant
  • Un style parental indulgent, qui laissent les enfants « diriger le monde »
  • D’un sens du droit plutôt que de la responsabilité
  • D’un sommeil inadéquat et d’une alimentation déséquilibrée
  • D’un mode de vie sédentaire, à l’intérieur
  • D’une stimulation sans fin, de baby-sitters technologiques, d’une gratification instantanée et d’une absence de moments calmes

Nos enfants paient la perte d’une enfance bien équilibrée et d’un bien-être émotionnel.

Comment arranger cela ?

Si nous souhaitons que nos enfants deviennent des individus heureux et en bonne santé, nous devons nous réveiller et revenir aux bases. C’est toujours possible ! Je le sais, car des centaines de mes clients voient des changements positifs dans l’état émotionnel de leurs enfants en seulement quelques semaines (et dans certains cas, quelques jours) après la mise en œuvre de ces recommandations :

Définissez des limites et n’oubliez pas que vous êtes le parent de votre enfant, vous n’êtes pas son ami

Offrez aux enfants un style de vie bien équilibré et rempli de ce que les enfants ont BESOIN, pas forcement de ce qu’ils VEULENT. N’ayez pas peur de dire « Non ! » à vos enfants si ce qu’ils veulent n’est pas ce dont ils ont besoin.

  • Fournissez des aliments nutritifs et limitez les collations.
  • Passez au moins une heure par jour dans un espace vert : faire du vélo, de la randonnée, de la pêche, regarder des oiseaux/insectes
  • Avoir tous les jours un dîner « en famille » sans télé ou smartphone, tablette allumés
  • Jouez ensemble adulte enfants le plus souvent possible à un jeu de société.
  • Impliquez votre enfant dans une corvée par jour (plier la lessive, nettoyer les jouets, ranger les vêtements, déballer les courses, mettre la table, etc.)
  • Mettez en œuvre une routine de sommeil cohérente pour vous assurer que votre enfant dorme suffisamment dans une chambre sans technologie.

Enseignez la responsabilité et l’indépendance. Ne les protégez pas trop des petits échecs. Cela permet de les entraîner à avoir les compétences nécessaires pour relever les défis de la vie :

Ne rangez pas le sac à dos de votre enfant, ne portez pas son sac à dos, n’amenez pas son déjeuner/agenda oublié à l’école et n’épluchez pas une banane pour un enfant de 5 ans. Enseignez-leur les compétences nécessaires plutôt que de tout faire pour eux.

Enseignez une gratification retardée et offrez des opportunités à la créativité:

  • Ne vous sentez pas responsable d’être un divertissement pour votre enfant.
  • N’utilisez pas la technologie comme une méthode contre l’ennui ni substitut à votre tranquillité personnelle.
  • Pas de technologie pendant les repas, en voiture, au restaurant, dans les centres commerciaux. Utilisez ces moments comme des opportunités pour former leur cerveau
  • Aidez-les à créer une « trousse de premiers soins contre l’ennui » avec des idées d’activités pour les moments du « Je m’ennuie ».
  • Soyez émotionnellement disponible pour vous connecter avec les enfants et leur enseigner l’autorégulation ainsi que les compétences sociales :
  • Devenez l’entraîneur émotionnel de votre enfant.
  • Enseignez-leur à reconnaître et à faire face à la frustration et à la colère.
  • Enseignez l’accueil, la prise de décision, le partage, l’empathie, les manières à table, les capacités à communiquer,
  • Connectez-vous émotionnellement – Souriez, câlinez, embrassez, chatouillez, lisez, dansez, sautez ou rampez avec votre enfant.

Nous devons faire certains changements dans la vie de nos enfants avant que cette génération entière d’enfants devienne sous médicaments !

Il n’est pas encore trop tard, mais bientôt ça le sera…


Article réalisé d’après Victoria Prooday – Son site et source


Merci à F.V. pour nous avoir signalé cet article