Mots-clés

, ,

Le benêt, il s’est fait arnaquer, moi ça ne m’arriverais pas, je suis bien trop méfiant !

Tiens donc, ne partons pas avec autant de certitudes car des arnaques il y en a de légalisées par l’état lui-même … Au fait mettre de l’argent dans les paradis fiscaux c’est de l’arnaque ou de la protection de bien … éventuellement mal acquit ??? De passer les radars sous entreprises privés avec contrat rémunéré par l’état (certes partiellement), les autoroutes, etc. c’est de l’arnaque ou pour consolider … qui, … quoi au fait ?

Oui de temps en temps ça grince, exemple « les portiques écotaxes » … oh, excusez nous, nous ne pouvions pas laisser les camionneurs bloquer le pays, payé donc l’addition contribuables.

Non, je pense aux arnaques commerciales, aux arnaques médiatiques et aux « arnaqueurs civils ».

Pour ces derniers les « arnaqueurs civils » les connus de la justice, les inconnus pas vus pas pris, rentabilisant leurs exploits dans un livre, un documentaire, un film, je considère cela comme une arnaque de plus à leur actif. Voir l’exemple double de ce personnage cité ci-dessous passant sur divers medias et pour lequel un documentaire lui consacré à ses œuvres indélicates, le tout diffusé en grande pompe sur Canal +.

Voyons voir, qui arnaque le plus, le réalisateur du docu, le diffuseur, l’arnaqueur qui se fera encore des ronds de ses méfaits peu reluisant dont « certains admirateurs » envieux de son audace et regrettant sous cape, de ne pas oser faire de même.  MC


Christophe Rocancourt,

le roi de l’arnaque aux 100 visages ?

Le regard froid, les yeux mi-clos, le menton légèrement levé en signe de défi, Christophe Rocancourt toise la caméra avec un brin d’arrogance. Il connaît l’exercice de l’interview, il y est même rompu : avec Thierry Ardisson, Michel Denisot, Antoine de Caunes…

Depuis le milieu des années 2000, de retour en France après un passage par la case prison au Canada, ils se sont tous payé le frisson de recevoir sur leur plateau l’“escroc des stars” – un surnom qu’il exècre, prétendant ne jamais avoir arnaqué les vedettes du show-biz qu’il fréquentait aux Etats-Unis, Mickey Rourke notamment. Cette fois-ci pourtant, ce n’est pas à une énième séance d’ego trip bon marché qu’il se livre.

L’objectif de la caméra, qui le scrute et l’ausculte, n’a ni l’avidité du paparazzi ni la bienveillance du présentateur de talk-show.

Comment ce Normand issu d’une famille très modeste est-il devenu “l’escroc” le plus habile de son époque ? Qu’est-ce qui le pousse au vice de l’arnaque ? Et surtout, que révèle-t-il en négatif sur notre propre société ?

Sa sœur, son oncle, ses amis d’enfance, George Mueller (le policier californien, son ennemi juré, qui s’est occupé de son dossier), ses avocats ainsi que ses victimes […] éclairent les multiples facettes de ce personnage […].

Rocancourt a construit son storytelling sur le thème de la revanche sociale et profité d’une médiatisation souvent complaisante pour s’ériger en Robin des Bois des temps modernes. “J’ai choisi d’exploiter la connerie humaine, de soulager les gens qui ont de l’oseille”, affirme-t-il sans ciller. […]

Une capacité de séduction, d’abord. Pour Gérard Siad, qui lui a ouvert les portes de la mondanité parisienne dans les années 1980, il était “la quintessence de la gentillesse”. Son ex-femme, Gry Park, qui a découvert à son insu son passé criminel, rapporte que sous ses airs “grincheux”, il dispose d’un humour qu’il utilise comme une “arme de destruction massive”.

C’est grâce à cette faculté d’adaptation que ce menteur professionnel, pourtant “à la limite de l’illettrisme” selon Siad, parvient à se faire passer pour un producteur de cinéma, un trader ou encore un héritier Rockefeller. “C’est l’homme pour qui l’habit fait le moine”, analyse finement le psychanalyste Roland Gori. […]


Mathieu Dejean – Les Inrocks – Source (Extrait)