Mots-clés

,

 [Suite a un article d’Agnès Buzyn paru dans le JDD …. Le sujet « des allocations familiales » ne sera pas traité dans l’immédiat mais certainement dans le budget 2019 … mais l’amorce d’une reforme évoquée par une ministre de la Santé […] en étonnera plus d’un, sur l’avenir du traitement social en France et l’égalité de traitement entre les français, par ce gouvernement prèt a tout – MC]

[…]. L’Argument : après la période […] post-Trente glorieuses, l’allocation familiale s’est maintenu par la dette, [… il convient maintenant, d’après la ministre, d’endiguer la pré-faillite des aides sociales].

La mise sous condition de ressources de presque toutes les prestations sociales est un signe avant-coureur d’un Etat providence à plusieurs vitesses.

Comme voudrait le justifier la ministre, Agnès Buzyn, dans le Journal du Dimanche : « Quand on gagne plus de 8 000 euros par mois, est-ce que cela a du sens de recevoir 32 euros ? » Certainement pas. [Mais ou se situera le seuil déclencheur de diminution où de non paiement d’une part et lorsque l’on commence …]

Ni totem, ni tabou. Par cette formule, Agnès Buzyn signifie qu’elle ne s’interdit rien dans la réforme des allocations familiales, y compris la fin de leur universalité.

Dès lors, les classes moyennes et supérieures finiront par se demander si un jour l’école ou les soins hospitaliers gratuits pour tous auront encore du sens pour elles, alors même qu’elles subissent le monopole étatique et un vrai matraquage fiscal au nom d’une redistribution sans fin… [Et allez donc, encore un coup de violon musical, laissez donc les « riches » s’enrichir en paix, qu’ils affirment en chœur au gouvernement]

[L’option de facilité, pratiquée par les gouvernements antérieurement pour régler le déficit d’une branche sociale en décidant d’augmenter] les prélèvements est désormais interdite (et leur réduction plus que recommandée), c’est par l’amélioration de l’efficacité de l’État que l’édifice peut être sauvé. Sauf à détruire le contrat social par une défiance des principaux contributeurs, l’urgence est donc à réinventer l’intervention publique, à préférer le toujours mieux au toujours plus. Sans tabou, ni totem


D’après un article de Rémi Godeau, L’Opinion – Titre original « Allocations familiales : ce que cache le «ni totem, ni tabou » – Source (Extrait)