Mots-clés

, ,

Dans un article titré élégamment [j’ironise bien sûr] « Trop riches, trop pauvres… », écrit par Gaëtan Capèle dans le Figaro, le journal « populaire » pour les plus aisés …- vous pourriez lire …

« Je n’aime pas les riches, j’en conviens. » [Dixit François Hollande], (…) Ce que l’on ignorait, c’est qu’il avait une notion très élastique de la richesse. Au-delà de 4 000 euros mensuels, estimait-il, on entrait dans la catégorie des nantis. On connaît la suite : (…) ceux ci, après une première salve sous l’ère Sarkozy, essuyèrent une véritable dégelée fiscale.

Sont-elles mieux traitées par Emmanuel Macron ?

Pas vraiment. Trop peu fortunées pour bénéficier de la suppression de l’ISF – mais pas toujours pour échapper à l’impôt sur la fortune immobilière… – et trop aisées pour profiter des baisses de prélèvements ou des hausses de prestations, elles sont une nouvelle fois, de l’aveu même du ministère des Finances, les dindons de la farce budgétaire.

Le résultat aberrant de cette politique fiscale à sens unique ne laisse pas d’étonner : alors que plus d’un ménage français sur deux est exempté d’impôt sur le revenu, 10 % des foyers en assurent 70 % des recettes et 2 % en supportent 40 %.

Doit avoir des carences en math le journaliste ou il refuse de dire la ponction financière des 38% de français qu’il a oublié dans sa démonstration … En effet d’un coté 50% ne paient pas d’impôts (ce qui est déjà faut -TVA, CSG … a moins ne soient considérés que comme une « aide dévouée » aidant à « participer a relever les finances exsangues du gouvernement !) de l’autre, des 50% payant l’impôt, il affirme (Sur quelle base … point de référence) que 10% paient 70% et 2%, 40% des recettes fiscales – Soient 70 % + 40 % = 110% de recettes fiscales (fort le mec) et que d’autre part : 10 + 2% font chez moi bien 12% … sur 50% cités  « taxés » selon ces dires , il manque 38%, Mais alors ce serait 50% + 38% + 88 % de personnes qui ne pairaient pas d’impôts ! Vite ôtez moi d’un doute [MC]

Cette « hyper » [holà quel qualificatif] concentration fiscale concerne bien sûr ces « riches » que l’on aime, hélas, tant détester en France. Mais elle frappe surtout de plein fouet les cadres moyens supérieurs, les professions libérales ou les petits chefs d’entreprise.

[Attention, sortez les mouchoirs]

C’est-à-dire ceux qui ne ménagent pas leur peine pour gagner leur vie au mieux, mais sont loin de rouler sur l’or. Un bataillon silencieux qui assure la vitalité économique du pays, paie plus que son dû à la solidarité nationale et ne proteste jamais. [Et hop voici le coup de sirène exprimé par l’Emmanuel 1er : « les salariés lambda ne foutent rien … sont des fainéants !]

[… et voilà l’appel du pied …]

Beaucoup ont voté pour Emmanuel Macron, séduits par un discours enfin décomplexé sur le mérite et la réussite. [!!! pour qui]. Il faudra bien que le chef de l’État leur démontre, en espèces sonnantes et trébuchantes par de vraies baisses d’impôts, qu’ils ont eu raison de lui faire confiance … [comme quoi le gouvernement a raison d’imposer tous les gueux salariés -ses laxismes- qui en plus exigent de bénéficier d’aides tellement multiples, qu’ils préfèrent rester au chômage ! – MC]


D’après l’Editorial du Figaro – Source (Extrait)