Mots-clefs

, , , , ,

Les études philosophiques du président de la République l’ont porté vers Paul Ricœur et John Rawls. Mais ses propos récents et anciens concordent mal avec de tels penseurs. Depuis Kant, souvent cité par Paul Ricœur, on sait qu’au cœur de l’éthique il y a le respect de l’humanité dans tout être humain.

 Agis de telle façon que tu traites l’humanité aussi bien dans ta personne que dans la personne d’autrui, toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen. 

Une maxime oubliée quand, le 29 juin, M. Macron a osé dire :  » Une gare, c’est un lieu où on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien. «  Après la référence à  » l’alcoolisme «  dans le bassin minier du Pas-de-Calais, et aux ouvrières bretonnes  » illettrées « , le propos est rude.

Pourquoi tant de mépris pour ceux qui n’ont pas réussi selon ses critères ?

(…) Victor Hugo dénonçait, dans Melancholia – Les Contemplations -, un système  » qui produit la richesse en créant la misère « . Tel était le cas du premier capitalisme, qui n’avait d’autre règle qu’un profit sans limites, quoi qu’il en coûte aux hommes et à la nature. Un capitalisme auquel nombre de chefs d’entreprise rêvent de revenir en raturant les conquêtes sociales.

Par ailleurs, voilà que M. Macron vient de traiter de  » fainéants «  les personnes qui refusent ses réformes, mais dont il doit savoir qu’elles ne refusent pas toute réforme.

Depuis quand l’insulte peut-elle tenir lieu d’argument ?

Ni Ricœur ni Rawls ne se reconnaîtraient dans le mépris affiché par le président de la République pour ceux qui ne pensent pas et n’agissent pas comme lui. Les citoyens qui s’opposent à ses ordonnances sur le code du travail ne le font pas par conservatisme de principe.

Qu’est-ce que le code du travail, sinon la sédimentation de conquêtes effectuées souvent dans le sang et les larmes, et par lesquelles le mouvement ouvrier força le capitalisme à s’humaniser ?

Bref, ce code du travail fit œuvre civilisatrice.

(…) On parle pudiquement de  » simplification «  pour travestir la restitution programmée d’un pouvoir sans partage aux chefs d’entreprise. Ce discours trompeur cache l’essentiel. C’est au niveau de l’entreprise que le pouvoir patronal est le plus fort. En brisant la hiérarchie des normes, les ordonnances comblent d’aise le Medef.

(…) La réforme imposée n’a associé les syndicats ouvriers que pour les informer, et non pour négocier l’essentiel. Elle est écrite sous la dictée du Medef, c’est-à-dire qu’elle ne prend en considération qu’un pôle de ce travailleur collectif qu’est l’entreprise. Par exemple elle prévoit de limiter les indemnités de licenciement abusif. A quand la limitation des parachutes dorés et des stock-options ?

Par ailleurs, à rebours de l’apologie ressassée d’une économie internationalisée, les ordonnances décident de considérer que pour le droit du travail la situation de l’entreprise pourra être appréciée dans le seul contexte national, en faisant abstraction de son implication multinationale. Sans doute s’agit-il ainsi de faciliter le jeu du capitalisme mondialisé qui rattrape par la géographie ce qu’il avait perdu par l’histoire. Les délocalisations régies par le principe du moins-disant social lui permettront de saccager encore un peu plus l’emploi et les droits sociaux en France, sans avoir à rendre de comptes. (…)

Fainéants, ceux qui entendent sauver le progrès de civilisation que constitue le programme du CNR ?

Un dernier mot. Jean Ferrat a évoqué la France d’une tout autre manière que monsieur Macron. Sa chanson intitulée  » Ma France  » m’a toujours servi de référence pour aimer ma patrie. Rappelons-la.  »

  • Celle du vieil Hugo tonnant de son exil
  • Des enfants de cinq ans travaillant dans les mines
  • Celle qui construisit de ses mains vos usines
  • Celle dont monsieur Thiers a dit qu’on la fusille (…)
  • Celle qui ne possède en or que ses nuits blanches
  • Pour la lutte obstinée de ce temps quotidien
  • Du journal que l’on vend le matin d’un dimanche
  • A l’affiche qu’on colle au mur du lendemain (…)
  • Qu’elle monte des mines descende des collines
  • Celle qui chante en moi la belle la rebelle (…)
  • Ma France

Source « Le Monde » (Extrait) – Titre original « M. Macron, les  » fainéants  » et les philosophes »