Mots-clefs

, ,

En tous cas le titre de l’article est au moins « accrocheur » après …. jugez-vous-même « L’explosion sociale pourrait venir de là où on ne l’attend pas ».

Chaque année en septembre, une question revient en boucle : la rentrée sociale sera-t-elle chaude ?

2017, (…), ne déroge pas à la règle. (…) d’autant que l’actualité débordante rend crédible l’hypothèse d’un « 3e tour social », comme certains en rêvent… Il est vrai que les occasions de se mobiliser ne manquent pas.

Le gouvernement Philippe vient de rendre publiques des ordonnances visant à réformer le Code du travail pour le moins révolutionnaires sur bien des points. Si le patronat, à l’exception du Medef qui tient à ne pas trop montrer sa joie, applaudit des deux mains, les syndicats sont loin de partager le même enthousiasme [et mobiliseront leurs adhérents le 12 septembre].

(…) L’opposition politique n’est pas en reste puisque La France insoumise (LFI) promet un rassemblement populaire le 23, le lendemain de la présentation des ordonnances en Conseil des ministres.

Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon surfe sur une vague de déception – la cote de popularité d’Emmanuel Macron est en chute libre – suite à une série d’annonces non expliquées et de cafouillages cet été, notamment sur les questions fiscales, qui laissent penser que le paquebot France n’a ni cap ni capitaine.

(…) -, l’explosion sociale pourrait venir de là où on ne l’attend pas.

« Il faut être vigilant car, par le passé, une mesure dont on ne prévoyait pas l’impact a pu mettre le feu aux poudres », rappelait dans Le Figaro, Raymond Soubie, (…) figure tutélaire du monde social depuis plus d’un demi-siècle. (…) les bourdes de cet été, tant la coupe sèche de 5 euros par mois dans les APL que la réduction du nombre de contrats aidés, ainsi que le plan de 20 milliards d’économies confirmé pour la seule année 2018, sont autant de raisons données aux anti-Macron, et aussi à ceux qui doutent de la politique menée, de protester…

Et une catégorie, incontrôlable par nature, pourrait bien être à l’origine de l’étincelle qui provoquera l’embrasement : la jeunesse, (…). [Elle] à qui on a dit en plein été, avec une assurance perçue comme de l’arrogance, que tous les étudiants allaient toucher 5 euros en moins d’APL par mois ou il y a quelques jours que des « prérequis » allaient être demandés pour entrer à l’université. Comprenez que la sélection à l’entrée de l’université allait être instaurée !

Bref, [c’est] la remise en cause d’un dogme auquel personne n’avait osé toucher depuis trente ans…

Pas sûr d’ailleurs que la promesse d’un plan étudiant en 2018 pour améliorer leurs conditions de vie (60 000 logements, aide globale d’autonomie, etc.) suffise à calmer leurs inquiétudes. (…)

[Retenons l’histoire], ce sont toujours les étudiants et les lycéens qui ont fait reculer les exécutifs. (…)


Marc Landré, Le Figaro (Extrait) Source