Mots-clefs

,

… y compris pour le président.

Le président Macron n’a cessé de dénoncer les emplois familiaux des élus de /a République. Le projet de loi sur la moralisation de la vie publique vise à les interdire, sans que l’on sache définir d’ailleurs exactement cette notion, qui va susciter d’innombrables débats dans la presse et devant la justice déjà largement surchargée… Ne faudra-t-il pas interdire ensuite l’emploi des amis, des membres d’un même réseau, etc. ?

Parallèlement, il clame l’importance de son épouse à ses côtés, actions de communication à l’appui, à laquelle il  souhaite donner un statut officiel non rémunéré. Certes, mais elle aura un budget à sa disposition dont elle pourra user librement, pour de vagues œuvres dites humanitaires… Ce qui n’est pas rien, dès lors qu’elle n’a pas de missions directement productives au sein de l’État.

Notre Constitution est claire : les Français élisent un(e) président(e) et non un couple présidentiel…

Il est plus que choquant que les principes que le président juge moraux pour les élus ne le soient aussi pour lui.


Martine Palis, Lu dans Marianne courrier des lecteurs