Mots-clefs

, , ,

Nicolas Sarkozy et Laurent Wauquiez se sont retrouvés mardi au Rebellato, une table italienne du XVIe arrondissement de Paris qu’affectionne l’ex-président.

Un tête-à-tête (…) qui a pris un tour encore plus politique après l’interview féroce de Xavier Bertrand dans le JDD contre la ligne Wauquiez et alors que se dessine la campagne pour le parti.

« Tu dois rassembler ; tu sauras le faire », a conseillé Sarkozy à son ancien ministre alors que plusieurs clients du restaurant venaient les saluer – « Ne lâchez rien ! », « On compte sur vous ».

Un conseil qui accrédite un peu plus la mise sur orbite de Wauquiez pour la présidence du parti Les Républicains. Officiellement pourtant, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes n’est candidat à rien. Officieusement, il ne dirait pas non. « Je trouve que c’est un beau combat. On part de rien, tout semble mort mais toute forme d’espoir n’est pas perdue. Quelque part, au fond de la galaxie, survit un petit camp irréductible ! », confie en souriant Laurent Wauquiez au Figaro sans pour autant vouloir en dire plus.

Attendu au tournant au lendemain de la défaite présidentielle par les ténors LR qui prévoyaient un Blitzkrieg de Wauquiez pour prendre le parti, le vice-président a choisi la stratégie de la tortue. Quasi absent des médias depuis des mois, celui qui s’était fait nombre d’ennemis ces dernières années avec son ambition en bandoulière avance lentement. Pas à pas. En revendiquant le rôle du bon camarade.

Détesté des « constructifs » qui voient en lui un repoussoir, le vice-président de LR se veut œcuménique. « Je vois trop de personnes qui passent leur temps à dire beaucoup de mal. Je ne rentrerai pas dans ce jeu qui nous a affaiblis. On a besoin de personnalités qui apaisent et rassemblent », argue Laurent Wauquiez.


Marion Mourgue, Le Figaro – Titre original de l’article « Les rendez-vous secrets de Wauquiez » – Source (Extrait)