Mots-clefs

, ,

De bien étranges ramifications …. Vive la sauce tomate !

La force d’un système économique tient à sa capacité à s’insinuer dans les moindres replis de l’existence, et en particulier dans nos assiettes. Une banale boîte de concentré de tomate contient ainsi deux siècles d’histoire du capitalisme.

Pour son nouvel ouvrage, Jean-Baptiste Malet a mené une enquête au long cours sur quatre continents. Une géopolitique de la « malbouffe » dont il présente ici un tour d’horizon inédit.

Dans la salle d’un restaurant décorée d’ours et de cobras empaillés, au cœur de la vallée de Sacramento, en Californie, un homme mord dans son hamburger face à une bouteille de ketchup. M. Chris Rufer, patron de la Morning Star Company, règne sur la filière mondiale de la tomate d’industrie. Avec trois usines seulement, les plus grandes du monde, son entreprise produit 12 % du concentré de tomate consommé sur la planète.


Pour respecter le travail du rédacteur de l’article, la suite de l’article est en accès privée, réservée uniquement aux abonnés de mon blog.

Les ami-e-s abonné-e-s, veuillez ne demander un code d’accès via l’adresse mail du blog. Merci – Lien vers le code et la suite de l’article … Merci de votre visite.