Mots-clefs

, ,

Un excellent article sur les dessous organisés par la sphère journalistique lors des élections présidentielles, est à lire dans son intégralité. MC

L’accession de Mme Marine Le Pen, la candidate du Front national (FN), au second tour de l’élection présidentielle aura au moins eu pour vertu d’éliminer les prudences et rondeurs déontologiques qui d’ordinaire enrobent le discours journalistique. Et de donner à voir les grands médias pour ce qu’ils sont : une force politique, celle qu’on oublie de décompter dans les temps de parole. Un titre de Libération (6 mai 2017) a résumé la ligne de ce parti non déclaré : « Faites ce que vous voulez mais votez Macron ».

« Votez Macron », sinon quoi ?

Comme en avril 2002, lorsque M. Jean-Marie Le Pen avait fait effraction au second tour, les directions éditoriales savaient impossible la victoire du FN. Elles n’en exécutèrent pas moins les figures imposées du chantage moral en jouant sur l’antiracisme sincère qui anime la grande majorité de la population française. « Ni-ni dimanche, Le Pen lundi », prévient la couverture de L’Obs (4 mai). « Ne pas voter Macron, c’est voter Le Pen ! », admoneste Franz-Olivier Giesbert (Le Point, 4 mai). S’abstenir, c’est livrer les réfugiés à « la traque policière, l’expulsion », tempête Laurent Joffrin ; « les abstentionnistes de gauche doivent y penser » (Libération, 6 mai). Votez Macron, donc. Ou devenez complice de l’arrivée d’Adolf Hitler au pouvoir, de la rafle du Vel’d’Hiv’, des noyades de migrants. Chaque matin, les revues de presse répercutaient auprès de millions d’auditeurs ces injonctions infantilisantes à « faire barrage », dont l’écho s’amplifierait après le débat entre les finalistes, au moment précis où la nullité de la candidate FN les rendait plus vaines encore.

Le choc entre les forces coalisées du Bien (ouverture, intelligence, capitalisme libéral) et celles du Mal (fermeture, bêtise, capitalisme d’État) était remis en scène. Ici, Pierre Arditi, Daniel Cohn-Bendit et Nagui pétitionnaient contre « le rejet de l’autre et la haine de soi » (1er mai 2017) ; là, l’historienne Sophie Wahnich théorisait le vote (…)


Pour respecter le travail du rédacteur de l’article, la suite de l’article est en accès privée, réservée uniquement aux abonnés de mon blog.  Les ami-e-s abonné-e-s, veuillez ne demander un code d’accès via l’adresse mail du blog. Merci – Lien vers le code et la suite de l’article … Merci de votre visite. MC


Pierre Rimbert, dans un article titré « Un barrage peut en cacher un autre » – Le monde Diplomatique, Juin/juillet 2017.  (Extrait), source