Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

 Ça a été une révolution, en fait : en France, le terrorisme a débloqué des paroles, qui étaient déjà prêtes à éclore, mais avec une violence qu’on n’imaginait pas. Et puis la crise financière internationale commencée en 2008 s’est amplifiée, a précipité des instabilités dans tous les pays d’Europe, a démonté la Grèce, la crise des émigrés a été fondamentale, il y a eu tous ces morts, on a vu apparaître des camps et on s’est habitués à tout ça.

S’habituer, c’est le pire, ça prépare à plus grave, le fait de les renvoyer en Turquie, c’était impensable il y a encore peu. Et les élections récemment, c’était une catastrophe de plus. Ça nous a tous gênés d’aller voter Macron, d’aller voter par trouille pour la troisième ou quatrième fois consécutive, c’était au-delà du déprimant. Hollande a été très décevant, et beaucoup d’entre nous avaient voté pour lui pour contrer Sarkozy, mais on se disait qu’un peu de PS ne ferait pas de mal après tant d’années à droite…

Là, quand on a vu au premier tour toutes les régions où Marine Le Pen est arrivée première, c’était consternant. Le bras tendu ou le poing levé, ce n’est quand même pas la même chose… Ce n’est pas rien de voir un pays voter pour sa propre démolition.

D’après toi, les gens votent FN par détresse ou par ignorance de ce qu’est vraiment ce parti?

Je ne crois pas trop à l’ignorance dans ce pays. Je ne crois pas que le vote FN soit un vote contestataire, c’est un vote raciste, un vote pro-répression policière, un vote pro-torture, un vote de gens qui croient qu’il suffit de taper fort pour que tout rentre dans l’ordre.

Un vote d’enfant qui croit qu’il faut que papa soit autoritaire et qu’alors tout va bien se passer. Il me semble que les électeurs FN imaginent que ça ne va s’appliquer qu’aux délinquants ou aux Arabes, et comme on leur explique que le problème en France, c’est pas la pauvreté et la confiscation des richesses, mais les Arabes, ils se disent que ça ira mieux.

Je crois qu’ils se trompent : ça va s’appliquer aussi à eux, leurs enfants, leurs proches. Ils ne gagneront pas mieux leur vie, les loyers ne seront pas moins chers, mais en plus ils auront la trouille chaque fois que leur gamin ne rentre pas à l’heure, parce qu’ils ne sauront pas s’il a été arrêté ou pas à l’école.

Un Etat autoritaire n’est pas un Etat de justice, c’est un Etat dans lequel l’élite n’a plus à s’emmerder quand elle veut faire ce qu’elle veut. C’est un Etat dans lequel tu n’oses pas aller à la police pour demander pourquoi ton gamin est torturé. Parce que tu sais que la police t’enverra chier. C’est un Etat où tu as peur, c’est tout. Si les honnêtes gens étaient mieux traités dans les dictatures, ça se saurait, depuis le temps qu’il y a des dictatures…

Mais la montée du FN est tellement bien orchestrée depuis dix ans par tes médias en France qu’on n’a pas non plus été très surpris. Ce qui était décevant, c’est qu’Hamon et Mélenchon ne puissent pas se mettre d’accord pour y aller ensemble. Ça s’est passé exactement comme en Espagne. On devrait regarder ce qui se passe ailleurs, pour essayer de ne pas trébucher aux mêmes endroits.


Virginie Despentes – Extrait d’une interview parue dans Les Inrocks N° 1121 – Source