Mots-clefs

,

J’ai un mal fou a considérer Louis-Emmanuel 1er, dans le rôle de président.

Tant que les élections législatives n’avaient pas livrées leur verdict, je m’interdisais de porter jugement de la « scène » politique française actuelle, pensant que les mouvements et partis politiques présenteraient -si ce n’est- des programmes, -au moins- des orientations permettant de faire un choix de vote sociétale compensant les désastreuses orientations prévus par le programme du locataire de l’Élysée.

Il me semblait que les républiques bananières n’existaient que sur d’autres continents d’une part et d’autres parts, suis surpris de voir la transformation des Français perdus sans leurs marqueurs politiques redevenir des moutons crottant et bêlant chacun dans un pré bien clos.

Devant l’anarchie que présentent mouvements et partis, tant sur le terrain que dans ses directions, ces  législatives laisseront à Louis-Emmanuel 1er, une avenue pour gouverner a sa guise.

MC