Fallait bien que la boue remonte un jour !

Pour financer sa campagne, Emmanuel Macron a réussi à mobiliser près de 13 millions d’euros de dons en un temps record. Loin de l’image cultivée par En Marche! d’une campagne aussi spontanée que populaire, un puissant réseau de banquiers d’affaires a discrètement ouvert ses carnets d’adresses au nouveau président. Révélations.

Mail du 13 février 2017 : « Comme vous l’observez, notre start-up continue de tracer son sillon ! Alors que nous allons entrer dans le “dur” dans les prochains jours, nous avons plus que jamais besoin de soutien. » La start-up en question n’est pas une entreprise comme les autres. Et l’homme derrière son clavier n’a rien d’un banal VRP. Christian Dargnat n’est autre que l’ancien directeur général de BNP-Paribas Asset Management, branche du groupe bancaire chargée de la gestion d’actifs. « Marcheur » de la première heure, il a tout lâché en avril 2016 pour organiser « à titre bénévole » le financement de la campagne de son ami Emmanuel Macron. Dargnat, c’est l’homme du coffre-fort. Pendant des mois, il a multiplié les rendez-vous discrets, les dîners confidentiels et les mails de relance pour les riches donateurs, en plein accord avec l’actuel locataire de l’Élysée.


Mathieu Magnaudeix, Médiapart (Court extrait) d’un article titré « «Macron Leaks»: les secrets d’une levée de fonds hors norme. – Source

4 réflexions sur “Fallait bien que la boue remonte un jour !

  1. fanfan la rêveuse 24/05/2017 / 07:43

    A chacun sa méthode dirai-je, il faut bien trouver les fonds, certainement mieux que de l’argent détournée…
    L’avenir nous dira si les Français ont parié sur le bon cheval !

    • Libre jugement 24/05/2017 / 09:40

      Bien évidemment il fallait bien qu’il amasse quelques trésorerie pour faire sa campagne ce n’est pas l’objet cœur de l’article mais bien d’une part la provenance de ses fonds et surtout qu’au long de ses discours il s’est toujours défendu d’indiquer l’origine de « ses mécènes » qui bien sûr auraient dissuadé certains de ses électeurs du monde ouvriers.

  2. bernarddominik 24/05/2017 / 08:41

    Christian Dargnat n’a surement pas pris sa décision sans l’aval du grand patron de BNP Paribas M Pébereau. Lui même énarque. D’ailleurs la banque grouille de polytechniciens et énarque qui s’y partagent les prébendes. Macron fait partie du sérail il peut compter sur eux, et notre argent qui est déposé entre leurs mains.

    • Libre jugement 24/05/2017 / 09:42

      Merci pour l’approbation du fond de cet article.

Les commentaires sont fermés.