Étiquettes

Les deux formations, pourtant alliées lors de la présidentielle, ne sont pas parvenues à s’entendre.

La France insoumise souhaitait un accord national au travers d’une charte qui imposait un cadre commun (visuel et programmatique), une association de financement unique et la discipline de vote. (…) Après le premier tour de la présidentielle, M. Laurent avait proposé à son tour un accord national que le mouvement de M. Mélenchon jugeait comme un simple partage du territoire sans « cohérence politique ».

La discussion s’orientait désormais vers un accord limité comprenant une quinzaine de désistements réciproques. (…)

Lundi soir (8 mai 2017), au terme d’une ultime réunion, les deux parties s’étaient quittées sur un constat de désaccord sans que le dialogue ne soit cependant totalement rompu. (…)

  1. Bompard précise au Monde que se posaient notamment les cas d’Alexis Corbière, porte-parole de M. Mélenchon, et de Charlotte Girard, responsable du programme présidentiel, respectivement candidats dans la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis (Montreuil et Bagnolet) et dans la 10e circonscription de l’Essonne (autour de Sainte-Geneviève-des-Bois et Grigny). (…)

Maintenant, il faut rentrer en campagne. Des candidats de La France insoumise affronteront donc partout des représentants du PCF, une concurrence qui pourrait s’avérer désastreuse pour les deux formations. (…).

D’après un article de Raphaeëlle Besse Desmoulières paru dans « Le Monde.fr » titré « Législatives : pas d’accord entre le PCF et La France insoumise » -Source (Extrait)


Peut-être une réponse parfaitement dosée, trouvée en commentaire d’un article paru dans Politis faisant suite à un article de Pauline Graulle, titré «  La France insoumise engage des poursuites contre le PCF – Source (Lecture libre sur le site de Politis)-

France Insoumise qui veut soumettre toute la gauche sous sa botte ? Et puis quoi encore ?

J’ai quitté le PCF depuis pas mal de temps, rejoint le PG, et me retrouve dans le programme de FI, ayant rejoint JL M 2017 dès le début. J’ai toujours pas mal de griefs à faire au PC, notamment les listes communes avec le PS lors des scrutins récents. Pour autant, je n’accepte pas cette mainmise sur l’ensemble de la Gauche que FI veut opérer. Car demander que les candidats soient sous la bannière FI (et surtout l’aspect des financements publics des partis) revient à couler le PCF, et toute autre expression de gauche.

NON ! Mille fois NON ! Au moment où il faut élargir la dynamique de ce 1° tour, sachant que JAMAIS FI n’atteindra tout seul 50%, il s’agit non plus d’exclure, mais d’inclure, tout en respectant les autres sensibilités de gauche : y compris à terme écolos, « socialistes de gauche ». Mélenchon n’a pas eu 7 millions d’électeurs « Insoumis », il a eu 7 millions d’électeurs de TOUTE LA GAUCHE – dont même pas mal d’électeurs socialistes.

Déjà, Mélenchon a joué petit avec son appel, même pas explicite (comble d’une certaine hypocrisie), à l’abstention (si ses 7 millions d’électeurs s’abstenaient, Le Pen gagnait !

Je n’arrive pas à me faire rayer de la liste des Insoumis (on n’est même pas libre de quitter le mouvement, apparemment !), mais je réserve mon vote aux législatives. Si accord léonin, ou manque d’accord entre FI et PCF, je voterai pour une liste locale PCF. Et s’il n’y a pas cette liste, je songe voter directement PS dès le 1° tour (ça tombe bien, dans ma circonscription il s’agit d’un « frondeur »). Ma voix n’ira pas vers ces sectaires de FI, en train de s’enfermer dans une attitude digne d’un groupuscule gauchiste.

C’est hélas signé d’un pseudo – khufac


Bien évidemment les arguments de ce lecteur de Politis le regardent mais il y a une part de vérité concernant l’implantation locale du PCF et au niveau national son financement.

Que sera cette campagne 2017 des législatives avec d’un côté un « mouvement » En Marche ! qui va déployer des candidats de « nouveaux horizons » ratissant très largement de gauche à droite lui permettant de gérer la France selon les souhaits du MEDEF et de l’autre une gauche très partitionnée, incapable de proposer un schéma gouvernementale en dehors de la posture présidentielle a l’expression dictatoriale et effets de manches de Mélenchon. MC