Mots-clefs

,

Afin de résumer les termes de son duel avec M. Emmanuel Macron, incarnation selon elle de l’« argent roi », Mme Marine Le Pen a célébré la France « qui protège nos emplois, notre pouvoir d’achat ». En matière économique, le Front national se situe volontiers sur un terrain jadis occupé par la gauche. Mais le libéralisme ne lui pose aucun problème dès lors qu’il reste hexagonal.

Le programme du Front national (FN) ? « Le Medef est dans l’arrière-boutique », alerte la Confédération générale du travail (CGT). On en douterait, à lire le président du Mouvement des entreprises de France (Medef), qui condamne une ambition calquée sur celle de François Mitterrand en 1981, lorsqu’il entendait « rompre avec le capitalisme ». La candidate de Lutte ouvrière Nathalie Arthaud récuse la lecture du patron des patrons : le FN « roule pour le grand patronat ». Idée qui décoifferait presque Édouard Tétreau, chroniqueur aux Échos. Tout en mesure, il assure de son côté que le programme condense « l’œuvre économique du colonel Chávez, (…) les exploits de Kim Il-sung, Kim Jong-il et Kim Jong-un en Corée du Nord ; les ambitions de Fidel Castro pour Cuba ; celles de Lénine, Staline, Khrouchtchev et Brejnev pour l’URSS » (1).

MM. Pierre Gattaz et Kim Jong-un unis dans un pas de deux, la perspective n’avait rien d’intuitif. Le projet économique du Front national serait-il parvenu à engendrer l’équivalent politique de l’« obscure clarté » du Cid: l’union des contraires, également connue sous le nom d’oxymore ?

« J’adore Le Monde diplomatique.  » La trentaine, M. François de Voyer préside Audace, un collectif de « jeunes entrepreneurs patriotes » proche du FN. Il nous a donné rendez-vous dans un café du 7e arrondissement de Paris, et vient de transformer notre visage en point d’interrogation.

Énarque, M. Jean Messiha cite Karl Marx, Étienne de La Boétie ou encore Joseph Staline sur son blog (2). Il coordonne le programme de Mme Marine Le Pen et, lui aussi, s’intéresse au Monde diplomatique. « L’un des seuls journaux que je lise encore », précise-t-il tout en assaisonnant son bloody mary.

Son analyse de la dette ? « Nous avons créé un monopole du financement de l’État par les marchés financiers, lesquels réclament des taux d’intérêt très supérieurs au taux obligataire auquel on se finançait naguère. » Des délocalisations ? « On prétend que l’opération fait profiter de prix moins élevés aux consommateurs : c’est faux ! On délocalise pour accroître les profits. Résultat, on fait fabriquer par des pauvres des produits consommés par des chômeurs. »

Lors des législatives de juin 2012, « pas moins de 76 % des mesures proposées par le Rassemblement Bleu Marine se plaç[aient] à gauche de l’axe économique », a calculé le politiste Gilles Ivaldi (3). Le programme 2017 n’infirme pas l’observation : réindustrialisation planifiée (proposition 34), retour de la retraite à 60 ans (52), maintien des trente-cinq heures (63), lutte contre les déserts médicaux (67) et l’évasion fiscale (78), refus des traités de libre-échange (127), garantie de l’accès aux services publics (138), renationalisation des autoroutes (144)… Comment expliquer un tel braconnage de l’extrême droite sur les terres traditionnelles de la gauche ?

D’abord, par la stratégie visant à dérober l’électorat de ses adversaires en imitant leur discours : la fameuse « triangulation ». Au cours des années 1980, le Parti socialiste (PS) réorienta le recrutement de son électorat vers les classes moyennes, estimant que le « petit peuple » lui était acquis. Le FN démontrera qu’il avait tort, avec d’autant plus d’efficacité qu’au lieu de chercher à comprendre leurs anciens électeurs, les caciques socialistes s’emploient à chapitrer ceux qui rejoignent le FN. Dans un livre paru en 2012, Mme Le Pen s’amuse d’une telle balourdise : « La gauche abandonna peu à peu la défense des classes populaires, des travailleurs, des exploités, oui j’ose le mot, pour la défense monomaniaque de l’exclu du tiers-monde et du sans-papiers, tellement plus exotique et plus valorisante sur le plan intellectuel. Abandonner la défense du travailleur français, ce beauf raciste et inculte qui allait bientôt, et c’était une raison supplémentaire de l’abandonner, donner massivement ses voix au Front national, devint logique pour les grandes âmes de la gauche (4).  »

Renaud Lambert – Le monde Diplomatique (Extrait)


Pour  l’intégralité « sur la duplicité économique du FN » , un code vous sera demandé 

… Faite votre demande à l’adresse mail :             mcgrospierres@gmail.com