Étiquettes

,

Après le déluge et une mer démontée par le vent de la veille, soleil et mer d’huile pas la moindre brise et une forme de quiétude dans la ville due à ce 1er mai férié.

De Sète à Béziers par le chemin des écoliers avant de retrouver notre fille ainée et son mari pour un excellent déjeuné détente Villeneuve les Béziers le long du canal du midi (L’Ecluse) -Très correct tant en hospitalité, qualité, quantité suffisante  et fraicheur des plats comme le montant plus qu’acceptable de l’addition pour cette catégorie de restauration, à recommander, seul bémol, le choix du vin pourtant proposé par le gestionnaire de l’établissement).

Je ne relèverai pas le détour par la station balnéaire de Balaruc de l’étang de Thau que beaucoup s’évertuent en louanges et qui n’est qu’amoncellement de pavillons de banlieue sans aucune grâce ou enfilades d’HLM-studios pour curistes, le tout distribué par une voirie laissée à l’abandon. Voilà, voilà c’est dit, vous n’aurez pas ma cure, ni de photos !

En réalité ne connaissant rien de ce réputé étang de Thau hors la renommée nationale de ses huitres de Bouzigues et sa conchyliculture, fut décidé de suivre un itinéraire longeant les berges de l’étang pour rejoindre notre lieu de rendez-vous gastronomique. Vue de loin le Balaruc le vieux village (éloigné de la station balnéaire) qui mériterait certainement un arrêt.

Quant aux traversées depuis l’itinéraire, les paysages, constructions, faunes, flores, n’ont rien de typiques dignes de conservations d’images.

Alors que nous prévoyons d’orchestrer notre boulimie de visite dans la ville de Béziers, le lassis de rues interdites, l’absence d’indication pour se rendre à la cathédrale, tout comme la « faune » locale, autochtones débordant sur les trottoirs et chaussées des nombreux  estaminets rencontrés et concentrés sur le peu de chemin parcouru dans cette ville, nous permirent de comprendre « la raison du vote en faveur de l’édile Robert Menard » qui, sans lui donner blanc-seing dans ses décisions et actions pour notre part, était attendu par les Biterroises et Biterrois.

En conséquence, vus de loin, un pont peut-être romain, une cathédrale et surtout des sens uniques, un ensemble de maisons plus ou moins meurtries par les intempéries du temps. Pas d’arrêt photographique et surtout pas l’envie de découvrir cette ville, un de ces prochains jours.

Donc, doucement nous trouverons le lieu de rendez-vous gastronomique et attendrons l’après-midi pour des clichés de monuments, en attendant quelques images de la campagne environnante ou sur l’itinéraire de Béziers.

Photos MC – Droits réservés – Collection privée – Sony Alpha 500, filtre polarisant