Mots-clefs

, , , ,

Il a été réaffirmé encore récemment par le conseil d’état que les signes ostentatoires n’ont pas lieux d’être dans les édifices et lieux publiques.

Il est bon de rappeler cette décision alors des programmes et candidats présents au deuxième tour, rependent a assiettée que la France a toujours été catholique.

Mon propos est simple –sans être simpliste, je pense mais peut-être ai-je tort !

Même si l’histoire de la France peut être racontée de différentes façons, plusieurs historiens n’ont pas manqué de le faire. Il est historiquement convenu que cette affirmation ne saurait être une vérité absolue.

Je n’ai rien contre les édifices religieux et de quelques obédiences qu’ils soient, ils représentent pour moi une architecture, un lieu de culte à respecter pour les croyants, mais pour autant ne correspondent nullement à ma façon de penser, je suis athée, libre a moi je pense !

Dans l’histoire, puisqu’il y est toujours fait référence, il ne faudrait pas oublier qu’avant la conversion de Clovis d’autres religions (pour la plupart multi déistes d’ailleurs), existaient tout comme dans diverses régions constituant aujourd’hui l’Europe.

Ensuite qui peut affirmer que Charles Martel a bien contenu–refoulé « les Arabes » à Poitiers (rappelons-nous la frontière de l’Est de la France, contenant les radiations de Tchernobyl) et comment occulter en France Luther et de la religion protestante.

Tous ces faits cultuels eurent bien lieu en France, aussi sans vouloir entamer une polémique ou chacun aura tort et raison, adoptons l’attitude de la tolérance et respectons les règles de la laïcité permettant justement à toutes les obédiences de coexister.

Je me doute que ce que je viens d’affirmer risque de choquer, pourtant de lancer ou relancer à tue-tête le «  Je suis français : moi », doit être considéré avec l’extrême prudence. Rappelons-nous que le peuple français n’est qu’un composite de migrations diverses provenant de peuplades d’abord, d’etats en guerres ou en dictatures, ensuite

Avec tout le respect que je dois à chacun des lecteurs.