Mots-clefs

, ,

Comment afficher « unité et loyauté » au vainqueur de la primaire de la gauche, sans insulter l’avenir pour les législatives de juin, où l’on rêve d’un accord avec En Marche! ?

Bandant les muscles sous les projecteurs, et multipliant les menaces d’exclusions contre les «transfuges» qui par dizaines rejoignent Emmanuel Macron, la direction du Parti socialiste joue en coulisse une toute autre partition.

« Cambadélis envoie les partenaires à la casse »

Le détail de l’accord électoral pour les législatives acté la semaine dernière entre le PS et Europe-Ecologie-Les Verts, que Le Parisien s’est procuré, en est la preuve. Attribuées avec choix, les 42 circonscriptions promises aux écologistes comprennent une dizaine de territoires tenus par des députés PS sortants, ralliés à Emmanuel Macron.

« C’était couru d’avance. Cambadélis envoie les partenaires à la casse pour avantager Macron, s’étrangle la député EELV sortante Danielle Auroi. On comprend pourquoi le PS n’a pas condamné ceux partis à En Marche!»

Habile, la manœuvre permet au Parti socialiste de se dispenser d’investir des candidats au mois de juin contre ses propres «transfuges» ayant rallié Emmanuel Macron. (…) Un geste qu’on fait mine d’ignorer chez Macron (…)

Le même procédé a pourtant été employé avec les autres partenaires du PS : l’Union des démocrates et des écologistes (UDE) et le Parti radical de gauche (PRG). Tous se sont vus offrir les circonscriptions « occupées », ou « susceptibles de l’être » par la garde rapprochée d’Emmanuel Macron. Comme dans les quatre circonscriptions de Lyon, ville du très macroniste Gérard Collomb, où le PS ne présentera aucun candidat, selon nos informations. (…)

Législatives : les petits arrangements du PS qui ménagent En Marche !


Charles Sapin, Le Parisien – Titre original « Législatives : les petits arrangements du PS qui ménagent En Marche ! », Source (Extrait/Synthèse)