Mots-clefs

,

… Céline Braconnier (directrice de Sciences Po Saint-Germain-en-Laye), spécialiste des comportements électoraux, fait le point sur l’abstention à quelques jours du premier tour de la présidentielle.

Selon la dernière enquête du Centre de recherches de Sciences Po (Cevipof) pour « Le Monde », seulement deux tiers des Français se disent tout à fait certains d’aller voter au premier tour de la présidentielle le 23 avril.

  • L’abstention au premier tour de la présidentielle s’annonce très élevée. Croyez-vous en une telle démobilisation des électeurs ?

L’abstention oscille entre 24 % et 40 % selon les instituts de sondage. Il faut donc rester très prudent avec ces chiffres, d’autant plus qu’ils varient selon le jour où l’enquête est réalisée. Cela étant dit, la tendance actuelle me laisse penser que l’abstention pourrait se situer à un niveau comparable à celui de 2002, autour de 28%.

  • La démobilisation du corps électoral est-elle favorable au Front national ?

Pas nécessairement. D’après les enquêtes d’opinion, Marine Le Pen navigue entre 30 et 35 % des intentions de vote chez les moins de 35 ans. Ces jeunes, surreprésentés dans l’électorat du FN, notamment les moins diplômés et ceux qui sont les plus fragiles économiquement, sont aussi les électeurs qui s’abstiennent le plus.

La présence [possible] de Marine Le Pen au second tour [est] un facteur de mobilisation des jeunes électeurs de gauche souhaitant empêcher le FN d’accéder au pouvoir (…).

Surtout la campagne n’est pas terminée et peut encore monter en intensité, jusqu’à la dernière semaine.

Et Mélenchon ne cesse de progresser dans l’opinion …


Céline Braconnier – Extrait/Synthèse – Les Echos Source